Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Presentation

  • : FUKUSHIMA ATTENTION DANGER
  •  FUKUSHIMA ATTENTION DANGER
  • : FUKUSHIMA - radiesthésie - radiesthesia - avertissements et conseils à l'Humanité - warnings and advice to Humanity - But du blog : œuvrer pour un monde meilleur en publiant - des messages reçus par radiesthésie - des articles sur l'environnement et la santé aim of this blog : help to make the world a better place by publishing messages from the Other World and articles on environmental and health issues - le témoignage sur les risques et conséquences du régime matrimonial légal
  • Contact

Recherche éditeur - Looking for editor

Je suis à la recherche d'un éditeur pour la publication et diffusion à l'échelle mondiale du recueil de Messages Divins JESUS EN DIRECT.

 

Merci de me contacter par le formulaire de CONTACT.

 

Looking for an editor for publication and worldwide commercialisation of the collection of Divine Messages JESUS LIVE.

 

Please use the CONTACT form to get in touch with me.

 

APPEL URGENT

pour informer de la nouvelle réalité depuis le 11 mars 2011

URGENT APPEAL to inform on the new reality since March 11, 2011


____________________

 

"A foolish faith in authority is the worst enemy of truth."

Albert Einstein


"Le monde est dangereux à vivre. Non pas à cause de ceux qui font le mal,

mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire."

Albert Einstein

 

"During times of universal deceit, telling the truth becomes a revolutionary act."

George Orwell

 

"Les hommes répugnent à accepter ce qui est facile à saisir. "

  Henry Miller


icono

 

 

Think again, think seven times again before you leap 
and start construction of new nuclear power plants.
Mikhail Gorbachev
June 2006

1 avril 2007 7 01 /04 /avril /2007 16:44
17 avril
Je reçois une lettre de RAOUL concernant entre autres ma toile murale et la porte décorée restées dans le local commercial. Je pense qu’il a dû être informé par le gérant de la Pizzeria que je lui avais demandé, il y a quelques jours, de me rendre ma toile murale et la porte décorée, que Monsieur BOULIER avait laissées lors de la fermeture. Quelle n’avait pas été ma surprise de constater que le nouveau locataire refusait tout contact avec moi ! Il n’avait même pas voulu me donner son nom. 
« Je ne vous connais pas ; j’ai traité avec Monsieur BOULIER, pas avec vous » m’avait-il sorti avant de m’avoir raccroché au nez. 
Je suis stupéfaite de lire que RAOUL défend sa manière d’agir en se basant sur la clause du contrat de location qui dit « tous embellissements, améliorations et installations faits par le preneur dans les lieux loués resteront la propriété du bailleur, sans indemnités de sa part ... »
Il en conclut :
« Ces deux éléments sont donc la propriété légale de Monsieur JULE. La Pizzeria n’est pas concernée par tes réclamations excentriques. » 
C’est un comble ! Premièrement, RAOUL a disposé librement de ma propriété artistique, sans m’avoir consultée, et deuxièmement, il oublie que toile murale et porte décorée sont AMOVIBLES et ne rentrent donc pas dans la clause qu’il cite qui ne concerne que des améliorations FIXES qui d’ailleurs, nous ont coûté plus de 40.000 Francs, si je suis correctement informée. Comment puis-je récupérer ma toile murale et la porte décorée ? Pourquoi RAOUL n’a-t-il pas respecté mes consignes ? Je me retrouve devant un nouveau problème parfaitement inutile. J’en informe mon avocat et lui demande conseil comment je dois procéder pour récupérer toile et porte. 
(Réponse le 23 août 1996 après plusieurs relances)
 
Suite à ma demande du 13 avril, interrogeant Maître MARTY sur les créances déposées au nom de BOULIER, RAOUL, l’huissier m’informe qu’elles s’élèvent à environ 70.000 Francs.
Je reste perplexe lorsque je commence à regarder de plus près le décompte du dossier AIPAL qui concerne le prêt de 16.000 Francs pris en 1975 pour la construction de notre première maison et pour lequel nous avions à régler 180 mensualités d’environ 110 Francs, la dernière exigible le 10 mars 1990. Pour un principal d’environ 5.000 Francs, nous arrivons à une dette d’environ 8.000 Francs ! 
Je lis : « Etant vivement relancé par le créancier qui me demande d’effectuer une saisie de vos biens, vous voudrez donc bien prendre contact avec mon étude dans les plus brefs délais, afin de prendre de nouveaux engagements de règlements, les premiers n’ayant pas été respectés par Monsieur BOULIER ». 
J’ai ainsi confirmation que RAOUL m’a menti une fois de plus. Comment puis-je prendre des engagements de règlement, alors que je n’ai pas de revenu convenable ? 
Pourtant, RAOUL m’avait affirmé lorsque je l’avais interrogé sur ce poste, qu’il s’agissait d’un dossier CLASSE. Pourquoi ne pas avoir réglé les 110 Francs tous les mois, somme qui ne nous aurait pas ruinés ? Jamais je n’aurais pu imaginer que RAOUL ne payait pas régulièrement cette modique somme. 
J’appelle aussitôt Maître MARTY qui me confirme que le plan de remboursement du crédit des 1 % patronal à la construction n’avait pas été respecté par Monsieur BOULIER. 
Pour régler ce litige au plus vite, je propose à l’huissier de faire saisir la VOLVO, la bibliothèque en chêne, les deux peintures anciennes miniatures sur ivoire et la vitrine réfrigérante pour régler l’ensemble des créances déposées chez lui.
(pas de suite donnée par l’huissier)
 
J’appelle immédiatement RAOUL pour l’informer de ce que je viens d’apprendre, que les 500 Francs qu’il a versés à Maître MARTY auraient servi à couvrir juste les frais de procédure et que nous devons régler la dette sous huit jours sous quelle que forme que ce soit. Bien que RAOUL considère le dossier une affaire CLASSEE, il s’agit en fait d’un litige.
Etant donné qu’AIPAL se retourne maintenant contre moi, je lui demande des preuves que l’affaire est effectivement réglée
(Annotation : Je n’ai jamais eu de réponse.)
 
J’en profite pour aborder également la dette envers ORGANIC de 1.300 Francs dont je n’étais pas au courant et demande quelles autres dettes il a laissé à la fermeture de la GOURMANDISE et comment il pense les régler. Pour faire un peu de trésorerie, je propose de vendre nos biens qui ont le plus de valeur.   Je le mets en garde de procès à venir si nous ne réglons pas les dettes au plus vite et au mieux. Je demande à RAOUL de me fournir TOUS les courriers du Cabinet de recouvrement PAQUET pour étudier comment régler les créances
A la même occasion, je lui rappelle que j’attends depuis deux mois le dossier UTIM dont j’ai vraiment besoin ; sans le numéro d’immatriculation, je suis bloquée dans mes démarches administratives.
Avant de raccrocher sèchement, RAOUL me promet de me donner prochainement des explications sur le dossier AIPAL et de me rendre le dossier UTIM.
(Annotation : Il ne tiendra pas ses promesses.)
 
Concernant le litige des PRUNELLES, Maître PERNEAUD répond immédiatement à mon courrier dans lequel je lui demandais si elle accepte toujours de me défendre malgré le fait que je suis actuellement en instance de divorce : vu le divorce en cours, elle est dans l’impossibilité de prendre ma défense dans aucun des dossiers dont elle était chargée par Monsieur BOULIER ; je dois prendre un autre avocat et pour cela déposer deux dossiers d’aide juridictionnelle, un pour la Cour d’Appel de Paris, l’autre pour le Juge d’Exécution de Menau, instances dont je ne sais rien. L’avocate me retourne toutes les pièces en sa possession. Je n’ai donc plus à faire à elle.
Cela veut dire qu’elle ne s’occupera pas non plus du litige avec la SNIV. Cela veut aussi dire : courir après des documents pour les demandes d’aide juridictionnelle, faire de nouveaux courriers. J’ai l’impression que je n’en finirai jamais et que je n’avance pas d’un pouce malgré toutes mes démarches.
Pour lire la suite, cliquez
Pour revenir au début du PUZZLE DE LA VERITE, cliquez

Si vous souhaitez lire LE PUZZLE DE LA VERITE en entier, laissez un message dans CONTACT en bas de page.
 

Partager cet article

Published by KATY NESTOR - dans Le Puzzle de la Vérité
commenter cet article

commentaires