Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Presentation

  • : FUKUSHIMA ATTENTION DANGER
  •  FUKUSHIMA ATTENTION DANGER
  • : FUKUSHIMA - radiesthésie - radiesthesia - avertissements et conseils à l'Humanité - warnings and advice to Humanity - But du blog : œuvrer pour un monde meilleur en publiant - des messages reçus par radiesthésie - des articles sur l'environnement et la santé aim of this blog : help to make the world a better place by publishing messages from the Other World and articles on environmental and health issues - le témoignage sur les risques et conséquences du régime matrimonial légal
  • Contact

Recherche éditeur - Looking for editor

Je suis à la recherche d'un éditeur pour la publication et diffusion à l'échelle mondiale du recueil de Messages Divins JESUS EN DIRECT.

 

Merci de me contacter par le formulaire de CONTACT.

 

Looking for an editor for publication and worldwide commercialisation of the collection of Divine Messages JESUS LIVE.

 

Please use the CONTACT form to get in touch with me.

 

APPEL URGENT

pour informer de la nouvelle réalité depuis le 11 mars 2011

URGENT APPEAL to inform on the new reality since March 11, 2011


____________________

 

"A foolish faith in authority is the worst enemy of truth."

Albert Einstein


"Le monde est dangereux à vivre. Non pas à cause de ceux qui font le mal,

mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire."

Albert Einstein

 

"During times of universal deceit, telling the truth becomes a revolutionary act."

George Orwell

 

"Les hommes répugnent à accepter ce qui est facile à saisir. "

  Henry Miller


icono

 

 

Think again, think seven times again before you leap 
and start construction of new nuclear power plants.
Mikhail Gorbachev
June 2006

19 mai 2012 6 19 /05 /mai /2012 23:00

 

Article de Jean Marc Dupuis, mis en circulation par l'équipe du Dr Haddad Fractal

 

Avant de donner vos organes, lisez ceci :

Saviez-vous que, pour pouvoir prélever des organes, le « mort » doit souvent être... anesthésié ?

C'est une réalité qui est rarement révélée aux donneurs et à leur famille. Cela ne veut pas dire qu'il ne faut pas faire de don d'organes, au contraire. Mais il est important de ne pas le faire aveuglement.

 

Pour pouvoir être transplantés, les organes doivent être frais. Le cœur d'une personne morte depuis ne serait-ce que cinq minutes, est inutilisable : il ne se remettra jamais à battre, y compris avec un pacemaker (un appareil qui donne des chocs électriques pour stimuler les pulsations). Il en va de même des autres organes vitaux (reins, foie, pancréas, poumons...)

Pour que les organes soient bien frais, il faut qu'ils soient encore en train de fonctionner au moment où ils sont prélevés. Ils ne peuvent donc pas être prélevés sur un « mort » réellement mort, mais sur une personne en état de « mort cérébrale », ce qui, nous allons le voir... est très différent.

 

Revenu du séjour des morts

Le journal anglais Daily Mail publie l'histoire d'un jeune britannique qui a eu la vie sauvée par son père qui s'était opposé à ce que ses organes soient prélevés pour servir à des transplantations.

L'affaire s'est produite à l'hôpital universitaire de Coventry, dans le nord de l'Angleterre :

Stephen Thorpe, 17 ans, avait été gravement blessé à la tête lors d'un accident de voiture au cours duquel était mort son ami Matthieu, 18 ans, qui conduisait le véhicule.

Les médecins le mirent sous coma artificiel et, deux jours plus tard, le déclarèrent en état de « mort cérébrale ». La « mort cérébrale » permet l'ouverture de la procédure de prélèvement d'organes. Mais les parents de Stephen, qui étaient auprès de lui, affirmèrent qu'ils « sentaient que leur fils était encore là » et qu'il réagissait à certaines paroles.

Alors que quatre médecins de l'hôpital confirment la « mort cérébrale » et souhaitent que commence le prélèvement d'organes, les parents de Stephen font appel au Docteur Julia Piper, praticienne de médecines traditionnelles et alternatives. Celle-ci obtient l'autorisation de faire examiner Stephen par un neurochirurgien de confiance, qu'elle connaît.

Celui-ci conclut que le jeune garçon n'est absolument pas « mort cérébralement ». Il demande qu'il soit au plus vite sorti de son coma artificiel. Et en effet, cinq semaines plus tard, Stephen rentre chez lui, entièrement remis.

Aujourd'hui, Steven a 21 ans et étudie la comptabilité à l'université de Leicester. « Mon impression est que l'hôpital n'était pas très favorable à ce que mon père demande une contre-expertise médicale » a-t-il déclaré au Daily Mail.

 

Ne pas confondre « mort » et « mort cérébrale »

Le concept de « mort cérébrale » a été inventé en 1968. Jusque-là, on ne connaissait que deux états : vivant ou mort.

Une personne était vivante tant que son corps restait chaud, que son cœur continuait à battre, qu'elle respirait et que son sang continuait à circuler.

La mort, au contraire, était déclarée lorsque la vie avait quitté le corps. Un corps mort, au sens traditionnel du terme, devient froid, rigide. Il ne répond plus à aucun stimulus. Le cœur ne bat plus, la tension artérielle disparaît. Le patient arrête de respirer. La peau, les ongles et les muqueuses prennent une couleur bleutée. Mettre le cadavre sous respiration artificielle ne relance pas l'oxygénation du corps. Stimuler le cœur par une impulsion électrique (pacemaker) ne le fait pas recommencer à battre.

Une personne morte ne peut tout simplement plus guérir. Ses organes vitaux, le cœur, le foie, les poumons, les reins et le pancréas ne fonctionnent plus. On ne peut plus les transplanter sur une personne vivante, car ils commencent à se décomposer aussitôt que l'oxygénation et la circulation sanguine s'arrêtent. Cinq minutes plus tard, ils sont inutilisables.

 

Pour pouvoir prélever des organes encore vivants, et donc capables d'être transplantés sur une nouvelle personne, les médecins créèrent en 1968 le concept de « mort cérébrale ». Une personne dont le cœur fonctionne, le sang circule, et la respiration est régulière peut donc aujourd'hui être déclarée en état de « mort cérébrale ». On sait pourtant que, dans ce cas, la plupart des fonctions vitales continuent, dont la digestion, l'excrétion (évacuation des déchets) et l'équilibre des fluides.

S'il a des blessures, on constatera que le « mort cérébral » cicatrise, et si c'est un enfant, qu'il continue à grandir. Il peut même traverser la puberté. Une femme enceinte en état de « mort cérébrale » peut continuer à porter son enfant : la plus longue période enregistrée est de 107 jours jusqu'à l'accouchement.

En revanche, une fois que ses organes vitaux sont retirés pour être transplantés sur une autre personne, le « donneur » d'organe décède pour de bon.

 

Pour prélever des organes, le « mort » doit d'abord être anesthésié.

Très souvent, la personne en état de « mort cérébrale » est sensible aux opérations chirurgicales. C'est ce que les médecins appellent l'effet Lazare, du nom de l'homme qui, dans les Évangiles, ressortit de son tombeau.

Pour pouvoir prélever les organes vitaux, les médecins doivent donc pratiquer l'anesthésie, ou injecter des substances paralysantes pour éviter les spasmes musculaires, ou les changements brutaux de pression sanguine, de rythme cardiaque, et d'autres réflexes protecteurs.

Dans la pratique médicale normale, de telles réactions de la personne opérée indiquent à l'anesthésiste que l'anesthésie est trop légère et que le patient souffre.

 

Ces informations, que n'importe quel médecin pourra vous confirmer, sont malheureusement mal connues du grand public. Il semble également que les familles à qui l'on demande d'autoriser un prélèvement d'organe ne soient malheureusement pas toujours informées objectivement.

 

Le cas de Stephen n'est pas isolé.

Il existe des dizaines de cas similaires à celui de Stephen, dans lesquels une personne comateuse ou inconsciente est déclarée en état de « mort cérébrale » ou « sans espoir de guérison ». Bien souvent, les familles subissent alors des pressions pour autoriser les prélèvements d'organes.

 

En 2011, l'Hôpital Sainte-Croix de Drummondville (Québec), a demandé l'autorisation d'extraire les yeux d'une patiente qui s'était étranglée pendant son repas à l'hôpital en l'absence de personnel soignant, affirmant qu'elle était en état de « mort cérébrale ». Après que la famille eut demandé des preuves au médecin, elle se réveilla et retrouva l'essentiel de ses facultés.

 

En 2008, un Français de 45 ans s'est réveillé sur la table d'opération, tandis que les médecins s'apprêtaient à lui prélever ses organes, suite à un arrêt cardiaque. Lors de l'enquête menée par le « comité d'éthique », plusieurs médecins reconnurent que ce type de cas, bien que rare, leur était parfaitement connu.

 

La même année, Sack Dunlap, un Américain de 21 ans, « mort cérébralement », était sur le point de se faire retirer ses organes vitaux lorsque ses deux sœurs, toutes les deux infirmières, décidèrent de vérifier qu'il était en effet « mort cérébralement ». Discrètement, elles enfoncèrent une pointe sous son ongle de pied, ce qui provoqua une forte réaction de Dunlap, prouvant qu'il était conscient. Il se remit complètement et déclara plus tard qu'il était conscient et entendait les médecins autour de lui discuter des organes qu'ils allaient lui prélever !

 

Alors, dans ce domaine comme dans tous les autres, cher lecteur, rappelez-vous qu'il s'agit de votre vie, votre santé, et jamais de celle ni des médecins, ni des personnes qui vous conseillent, même lorsque celles-ci sont de la meilleure volonté.

 

Bien à vous,

Jean-Marc Dupuis

 

 

 

 

Suite à l'émission sur LE COMMERCE D'ORGANES

sur ARTE le 13 septembre 2011 à 20 h 15

 

AFIN MALADES PUISSENT RECEVOIR ORGANES AUTRES PERSONNES,

MALADES PAIENT ARGENT BEAUCOUP

MAIS PERSONNES QUI DONNENT LEURS ORGANES – VU BESOIN ARGENT URGENT – VRAIMENT EXPLOITEES

VU MEDECINS GARDENT ACCOMPTES

PERSONNE N Y FAIT ATTENTION

MEDECINS MALHONNETES

AMOUR PROCHAIN BAFOUE

HOMMES AVIDES ARGENT

MALADES DEVRAIENT ARRETER ACHETER ORGANES

VU MINORITE BENEFICIE ACCES ORGANES, IL BENEFICIE A GENS RICHES

 

 

VU MALADE A BESOIN d'une PERSONNE POUR DONNER ORGANE AFIN POUVOIR SURVIVRE, IL N'EST PAS IMMORAL DE DONNER ORGANE, MAIS MALADE NE DOIS PAS PAYER ORGANE.

INJUSTICE GROS PROBLEME.

AFIN EVITER INJUSTICE, MIEUX VAUT ETRE CONTRE GREFFE D'ORGANES.

 

(Message reçu le 13 septembre 2011)

 

 

Translation of Message received in French September 13th, 2011

 

 

Following documentary on COMMERCE OF ORGANS

on ARTE September 13th, 2011 at 20 h 15

 

IN ORDER PATIENTS CAN GET ORGANS from OTHER PERSONS,

PATIENTS PAY MUCH MONEY

BUT PERSONS WHO GIVE THEIR ORGANS – GIVEN URGENT NEED of MONEY -

are REALLY EXPLOITED AS DOCTORS KEEP DOWN PAYMENTS

NOBODY PAYS ATTENTION TO THAT

DOCTORS DISHONEST

LOVE OF FELLOW-MEN MOCKED

MEN GREEDY of MONEY

PATIENTS SHOULD STOP BUYING ORGANS

AS only MINORITY HAS ACCES to ORGANS, RICH PEOPLE BENEFIT FROM IT

 

 

GIVEN PATIENT NEEDS a PERSON TO GIVE ORGAN IN ORDER TO SURVIVE,

IT IS NOT IMMORAL TO GIVE ORGAN, BUT PATIENT SHOULD NOT PAY FOR ORGAN.

INJUSTICE BIG PROBLEM.

IN ORDER TO AVOID INJUSTICE, BETTER BE AGAINST TRANSPLANT OF ORGANS.

  __________________


Please note : I always publish questions or remarks in small letters and answers or Messages received by radiesthesia, in capital letters.

 

A NOTER : Je publie toujours les questions ou réflexions en miniscules et les réponses ou Messages reçus par radiesthésie, en MAJUSCULES.


Please forward these Messages to other people, thus contributing to Humanity making a step towards

PEACE IN THE WORLD.


Merci de bien vouloir faire passer ces messages autour de vous.
Ainsi vous contribuerez à ce que l’Humanité fasse un pas vers

la PAIX DANS LE MONDE.

  __________________

 

If you wish to be informed of future publications, please register under  NEWSLETTER.

Si vous souhaitez être averti des prochaines publications, veuillez vous inscrire à la NEWSLETTER.

Partager cet article

commentaires