Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Presentation

  • : FUKUSHIMA ATTENTION DANGER
  •  FUKUSHIMA ATTENTION DANGER
  • : FUKUSHIMA - radiesthésie - radiesthesia - avertissements et conseils à l'Humanité - warnings and advice to Humanity - But du blog : œuvrer pour un monde meilleur en publiant - des messages reçus par radiesthésie - des articles sur l'environnement et la santé aim of this blog : help to make the world a better place by publishing messages from the Other World and articles on environmental and health issues - le témoignage sur les risques et conséquences du régime matrimonial légal
  • Contact

Recherche éditeur - Looking for editor

Je suis à la recherche d'un éditeur pour la publication et diffusion à l'échelle mondiale du recueil de Messages Divins JESUS EN DIRECT.

 

Merci de me contacter par le formulaire de CONTACT.

 

Looking for an editor for publication and worldwide commercialisation of the collection of Divine Messages JESUS LIVE.

 

Please use the CONTACT form to get in touch with me.

 

APPEL URGENT

pour informer de la nouvelle réalité depuis le 11 mars 2011

URGENT APPEAL to inform on the new reality since March 11, 2011


____________________

 

"A foolish faith in authority is the worst enemy of truth."

Albert Einstein


"Le monde est dangereux à vivre. Non pas à cause de ceux qui font le mal,

mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire."

Albert Einstein

 

"During times of universal deceit, telling the truth becomes a revolutionary act."

George Orwell

 

"Les hommes répugnent à accepter ce qui est facile à saisir. "

  Henry Miller


icono

 

 

Think again, think seven times again before you leap 
and start construction of new nuclear power plants.
Mikhail Gorbachev
June 2006

24 juin 2007 7 24 /06 /juin /2007 13:48

1997

  SOUFFRANCES ULTIMES, RECHERCHES ET DECOUVERTES
 
 
début janvier
Je suis décidée de me préparer au concours pour rentrer à l’école des infirmières qui aura lieu en avril. C’est un agent de l’ANPE qui m’a mis la puce à l’oreille en me disant : « Si vous étiez infirmière, je vous trouverais tout de suite une place. » Je m’inscris alors pour le concours et m’équipe de bouquins. 
Je constate avec frayeur que j’ai beaucoup de mal à retenir les formules, je dois réviser le domaine de l’électricité, de la probabilité, des mesures. Je fais tous les exercices au moins trois fois et note soigneusement les formules et conversions. Je me retrouve en plein dans les maths, je m’entraîne aux suites logiques qui me posent de gros problèmes au départ, mais qui deviennent logiques par la suite. La culture générale m’est moins difficile, mais je dois bien me documenter sur des sujets socioculturels.
Outre de ne trouver personne qui puisse m’expliquer les calculs de probabilité, j’ai un autre problème gênant : Je manque de dictionnaires. RAOUL n’a jamais voulu me rendre mes dictionnaires allemand/français que j’avais prêtés à GREG pendant sa scolarité, dictionnaires qui depuis son bac, dorment certainement quelque part dans un carton. Je ne possède même plus de dictionnaire français. Parfois, je n’ai pas d’autre choix que d’aller à l’école primaire pour me documenter, démarche que je ressens comme très pénible. Ainsi mes journées sont bien remplies. En me concentrant sur les études, j’oublie un peu mes soucis personnels.
 
J’ai grande hâte de me débarrasser des médicaments, mais le psychiatre ne veut pas me supprimer les antidépresseurs tant que je n’ai pas passé le concours. « On verra ça après », m’a-t-il dit. Pourtant il sait très bien que la mémoire d’apprentissage est fortement touchée par ce genre de traitement. Je m’en suis aperçu depuis un petit moment déjà et le pharmacien a confirmé mes soupçons. A part des difficultés d’apprentissage, je constate un autre problème qui me handicape beaucoup dans la vie de tous les jours : des « trous de mémoire » qui parfois me mettent dans des situations très gênantes. Je les appréhende au point que j’ai la constante hantise de pouvoir oublier quelque chose et je commence à noter de plus en plus de détails pour me rassurer.
 
Je me suis enfin rendu compte que les médicaments ont réduit mes capacités intellectuelles et probablement aussi changé ma personnalité, effets secondaires dont personne ne m’en a parlé auparavant. Deux ans et demi d’antidépresseurs et de somnifères, cela en est de trop ! Les propos tenus par ma voisine concernant sa mère me font très peur : Sa mère en est devenue dépendante au point de ne plus pouvoir s’en défaire. Elle est devenue une autre femme sans aucun tonus. De belles perspectives si je ne prends pas une initiative rapidement ! Je me jure que cela ne m’arrivera pas. D’un côté, je suis consciente que le traitement aux antidépresseurs m’a empêchée de prendre des décisions importantes au bon moment et qu’il a réduit mes facultés mentales et physiques, et de l’autre côté, d’après mon amie médecin, je n’aurais pas survécu cette douloureuse période de 1992 à 1996, vu l’impensable que RAOUL m’a fait subir. Jamais je n’aurais pu m’imaginer qu’un mari, et surtout pas le mien qui se disait plus d’une fois d’être « le mari idéal », puisse être capable vis-à-vis de moi d’actes tels que me mentir constamment depuis de longues années, abuser de ma confiance, m’insulter grossièrement à outrance, me violenter physiquement et moralement, me truander de vingt années de mon travail, intercepter et dissimuler des documents officiels à mon nom, m’empêcher de me défendre devant le Tribunal, préparant ainsi la base pour que je sois condamnée à mon insu, me rendre gravement malade et ensuite pratiquer la non-assistance à personne, nuire à ma réputation en me présentant comme « folle et internée », ni me rémunérer pour mon travail professionnel comme conjoint collaboratrice, ni régler les cotisations pour ma retraite.
 
En tant que père de famille, je lui reproche d’avoir ruiné la famille et mis en péril l’héritage des enfants, de ne pas subvenir aux besoins élémentaires de la famille, de ne pas avoir assuré la couverture contre la maladie, d’avoir endetté la famille, endettement allant même jusqu’aux enfants comme j’ai dû le constater dans le litige avec la SNIV.
 
Je n’aurais jamais pu m’imaginer qu’un jour de telles choses m’arriveraient. Et pourtant ... Il y a de quoi se rentrer la tête dans un mur, ce que j’ai effectivement essayé de faire un soir à Elieux, en 1994, dans un moment de grand désespoir, lorsque RAOUL m’avait poussée sciemment à bout de nerfs. Je n’avais qu’une seule envie : en finir une fois pour toutes par tous les moyens puisque cet homme me rendait la vie tout à fait invivable. Ce soir-là, RAOUL me déclara « folle ».
 
En étant confrontée à de telles monstruosités, il n’est pas étonnant qu’il me soit très difficile de trouver le sommeil malgré les somnifères. Mon esprit ne trouve pas de paix ; il tourne en rond, n’arrête pas de se poser d’innombrables questions sans trouver de réponse, tourmenté à l’extrême au point de provoquer des malaises. Il m’arrive parfois de me lever la nuit pour reprendre des somnifères, mais je suis punie le lendemain matin : Je me sens exécrablement mal. Après quelques expériences de ce genre, j’évite d’augmenter la dose de somnifères, mais je manque cruellement de sommeil. Ainsi, chaque jour devient torture.
 
Malgré mon mauvais état de santé, je continue à donner bénévolement des cours d’allemand à l’école primaire. Les enfants participent avec enthousiasme, pour moi c’est du jeu, une expérience intéressante et un bon divertissement de mes soucis quotidiens, divertissement qui me permet « de mettre un peu le nez dehors », de sortir de l’insupportable isolement et pouvoir parler à quelqu’un, de me sentir un peu utile, d’autant plus qu’EMMA est fière que sa maman est « la prof ».
Pour lire la suite, cliquez
Pour revenir au début du PUZZLE DE LA VERITE, cliquez

Si vous souhaitez lire LE PUZZLE DE LA VERITE en entier, laissez un message dans CONTACT en bas de page.
 

Partager cet article

Published by KATY NESTOR - dans Le Puzzle de la Vérité
commenter cet article

commentaires