Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Presentation

  • : FUKUSHIMA ATTENTION DANGER
  •  FUKUSHIMA ATTENTION DANGER
  • : FUKUSHIMA - radiesthésie - radiesthesia - avertissements et conseils à l'Humanité - warnings and advice to Humanity - But du blog : œuvrer pour un monde meilleur en publiant - des messages reçus par radiesthésie - des articles sur l'environnement et la santé aim of this blog : help to make the world a better place by publishing messages from the Other World and articles on environmental and health issues - le témoignage sur les risques et conséquences du régime matrimonial légal
  • Contact

Recherche éditeur - Looking for editor

Je suis à la recherche d'un éditeur pour la publication et diffusion à l'échelle mondiale du recueil de Messages Divins JESUS EN DIRECT.

 

Merci de me contacter par le formulaire de CONTACT.

 

Looking for an editor for publication and worldwide commercialisation of the collection of Divine Messages JESUS LIVE.

 

Please use the CONTACT form to get in touch with me.

 

APPEL URGENT

pour informer de la nouvelle réalité depuis le 11 mars 2011

URGENT APPEAL to inform on the new reality since March 11, 2011


____________________

 

"A foolish faith in authority is the worst enemy of truth."

Albert Einstein


"Le monde est dangereux à vivre. Non pas à cause de ceux qui font le mal,

mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire."

Albert Einstein

 

"During times of universal deceit, telling the truth becomes a revolutionary act."

George Orwell

 

"Les hommes répugnent à accepter ce qui est facile à saisir. "

  Henry Miller


icono

 

 

Think again, think seven times again before you leap 
and start construction of new nuclear power plants.
Mikhail Gorbachev
June 2006

15 juin 2007 5 15 /06 /juin /2007 19:41
29 novembre
Désespérée, je demande à Maître MATOU de m’assister lors de l’audience du 12 décembre concernant la vente des PRUNELLES. J’ai trop peur de ne pas être capable de faire face aux éventuelles questions ou de commettre une faute. Je suis toujours convaincue que la vente de la propriété n’est pas justifiée vu le montant des dettes de la GOURMANDISE que je pensais régler en grande partie par la vente du matériel professionnel. 
(Annotation : Je ne connais pas encore le montant astronomique de l’ensemble des dettes accumulées par RAOUL, je ne sais pas encore qu’on m’en tiendra également responsable et que la liquidation judiciaire tient compte de L’ENSEMBLE des dettes personnelles et non seulement des dettes de l’affaire.)
 
Les coups bas continuent : L’UTIM m’informe qu’en raison de la liquidation judiciaire de Monsieur BOULIER du 22 juin 1993, aucun remboursement des frais médicaux ne pourra être effectué « puisque aucun plan d’apurement du passif n’a été homologué par le Tribunal de Commerce. » 
Cela signifie que tout mon travail de récapitulation, toutes mes lettres à l’UTIM, à l’avocat et à RAOUL ont été inutiles ; nous ne serons pas remboursés des frais médicaux sur deux ans qui s’élèvent à environ 20.000 Francs. J’ai du mal à accepter cela.
 
3 décembre
A la lecture de la dernière lettre de Maître TOUR, je me rends compte que le syndic a dû mal lire ma lettre de novembre et qu’il a répondu complètement à côté de mes questions.
Il ne semble pas du tout inquiété que Maître CIRE risque de saisir et de vendre aux enchères du matériel stocké au domicile de Monsieur BOULIER pour recouvrer, je ne sais quelles dettes. Il ne me communique pas non plus le montant des dettes déclarées chez Maître CIRE au nom de Monsieur BOULIER comme je le lui avais demandé. Si seulement le syndic voulait prendre le temps de lire le courrier et y répondre correctement !
 
6 décembre
Je suis étonnée de la réponse rapide de ORGANIC à ma lettre du 1er décembre dans laquelle je leur avais demandé un décompte de mes droits. J’apprends que « L’information que vous nous demandez, relative aux sommes dues par Monsieur BOULIER, ne peut vous être fournie ; nous sommes tenus au secret professionnel ».
Je ne m’attendais pas à ce genre de réponse ! Parce que je suis en instance de divorce, je n’ai pas de droit de connaître la situation auprès des organismes sociaux ! D’après ce que j’ai pu apprendre par divers documents, RAOUL doit environ 57.000 Francs à l’organisme, mais je souhaiterais avoir une confirmation pour en être sûre. Je pense qu’il devrait être possible dans le cadre du divorce, pouvoir obliger RAOUL de régulariser sa situation pour que la mienne soit également à jour afin que mes droits à la retraite puissent être ouverts le jour où je ne serai plus en mesure de travailler. Mais il faut d’abord que je sois renseignée ! C’est une lacune importante dans la Loi. Toute personne en instance de divorce ou divorcée devrait avoir le droit d’être renseignée sur tout ce qui concerne la période de son mariage.
 
12 décembre
Aujourd’hui se tient l’audience au Tribunal de Commerce. Je me sens très mal à l’aise dans le couloir tristounet. Le temps d’attente me paraît une éternité. Je me sens un peu réconfortée lorsque je vois arriver Maître MATOU. Je lui ai bien fait comprendre que je m’oppose à la vente aux enchères des PRUNELLES que je ne trouve pas justifiée vu le montant des dettes de la GOURMANDISE. S’il fallait absolument vendre la propriété, je suis persuadée qu’il devrait être possible de la vendre correctement et ne pas la brader à tout prix à 900.000 Francs comme l’a demandé le syndic, d’autant plus que l’offre préalable en 1992 s’élevait à plus de deux Millions de Francs. Autant d’en tirer un maximum pour pouvoir régler les créanciers au mieux. 
 
Je ne comprends pas grand-chose aux discussions et laisse parler Maître MATOU. La séance se déroule pratiquement sans moi ; je me demande pourquoi j’ai dû venir, j’ai l’impression d’y perdre mon temps et suis pressée de pouvoir quitter cet endroit funeste.   Midi s’approche, je deviens nerveuse, il faudra que je me dépêche si je veux attraper mon bus, sinon je dois attendre jusqu’à ce soir sans rien n’avoir à faire en ville.
 
Une fois assise dans le bus, qui me dépose à quatre kilomètres de la maison, j’ai tout mon temps pour réfléchir : Je suis toujours aussi sidérée qu’une liquidation judiciaire avec toutes ses suites puisse être prononcée et suivre son cours sans que les Instances n’aient connaissance des documents comptables. J’aurais pu leur raconter n’importe quoi et ils auraient prononcé de la même manière ma liquidation judiciaire. Est-ce normal ? Je me demande ce qui m’attend encore…
Pour lire la suite, cliquez
Pour revenir au début du PUZZLE DE LA VERITE, cliquez

Si vous souhaitez lire LE PUZZLE DE LA VERITE en entier, laissez un message dans CONTACT en bas de page.

Partager cet article

Published by KATY NESTOR - dans Le Puzzle de la Vérité
commenter cet article

commentaires