Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Presentation

  • : FUKUSHIMA ATTENTION DANGER
  •  FUKUSHIMA ATTENTION DANGER
  • : FUKUSHIMA - radiesthésie - radiesthesia - avertissements et conseils à l'Humanité - warnings and advice to Humanity - But du blog : œuvrer pour un monde meilleur en publiant - des messages reçus par radiesthésie - des articles sur l'environnement et la santé aim of this blog : help to make the world a better place by publishing messages from the Other World and articles on environmental and health issues - le témoignage sur les risques et conséquences du régime matrimonial légal
  • Contact

Recherche éditeur - Looking for editor

Je suis à la recherche d'un éditeur pour la publication et diffusion à l'échelle mondiale du recueil de Messages Divins JESUS EN DIRECT.

 

Merci de me contacter par le formulaire de CONTACT.

 

Looking for an editor for publication and worldwide commercialisation of the collection of Divine Messages JESUS LIVE.

 

Please use the CONTACT form to get in touch with me.

 

APPEL URGENT

pour informer de la nouvelle réalité depuis le 11 mars 2011

URGENT APPEAL to inform on the new reality since March 11, 2011


____________________

 

"A foolish faith in authority is the worst enemy of truth."

Albert Einstein


"Le monde est dangereux à vivre. Non pas à cause de ceux qui font le mal,

mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire."

Albert Einstein

 

"During times of universal deceit, telling the truth becomes a revolutionary act."

George Orwell

 

"Les hommes répugnent à accepter ce qui est facile à saisir. "

  Henry Miller


icono

 

 

Think again, think seven times again before you leap 
and start construction of new nuclear power plants.
Mikhail Gorbachev
June 2006

17 novembre 2006 5 17 /11 /novembre /2006 21:15
19 octobre
Je passe une nuit assez mouvementée. J’aide la voisine de chambre d’aller aux toilettes et de se recoucher. J’ai toujours mal à la gorge et je suis très encombrée ; le café chaud me soulage un peu. Nous sommes mercredi et malgré ma demande depuis samedi dernier, je n’ai toujours pas obtenu de produit pour me soigner. 
Mes deux voisines de chambre se sont déjà recouchées. Il fait gris ; nous n’avons pas besoin d’un temps maussade pendant notre séjour à l’hôpital, il y règne déjà suffisamment de grisaille comme ça ! 
Quelques chambres plus loin, une patiente n’arrête pas de hurler, elle veut de l’eau, elle réclame toujours de l’eau que personne ne lui apporte. Le personnel doit avoir l’habitude, puisque personne ne se dérange. Ces hurlements me font frémir. Puis, elle se calme pour recommencer quelques instants plus tard. Une infirmière va la voir. Peu de temps après, je vois une personne sortir de cette chambre en fauteuil roulant ; je pense que c’est elle. Comment peut-on arriver à ce stade-là ? A quel stade suis-je ? 
Heureusement que j’ai mon tricot ; il m’oblige de me concentrer sur le motif compliqué qui me permet d’oublier le présent
 
Il pleut toute la journée. Malgré le temps humide, je fais un petit tour après le dîner pour prendre l’air ; l’atmosphère de l’hôpital commence à me peser. J’ai l’occasion de discuter longuement avec une ancienne voisine de chambre. Elle comprend parfaitement tous mes problèmes qui m’ont rendue si malade puisqu’elle a rencontré les mêmes, mais elle a la chance inouïe d’avoir un mari compréhensif qui la soutient de son mieux ; contrairement à moi, elle n’a pas de problèmes conjugaux. Elle me prévient de la difficulté de s’en sortir seul. Elle peut rentrer demain, mais est encore très fatiguée et voudrait avoir mon tonus. Quel tonus ?   Tout est relatif.   Je trouve que je n’en ai pas assez, je fais de gros efforts pour tout, rien n’est facile, j’en ai plein la tête, j’essaie d’avancer, mais je me heurte la plupart du temps à un mur et me bute toujours à l’attitude agressive de RAOUL. Je me demande sérieusement si j’ai suffisamment de tonus pour affronter ce qui m’attend à ma sortie. Elle me souhaite bien du courage, mais pense que j’ai suffisamment « de la pêche » pour réussir. 
 
RAOUL et GREG viennent effectivement à la consultation avec le docteur LARIVE, qui les a enfin convoqués. Il nous appelle d’abord un par un, ensuite, la consultation est en commun. D’après le médecin, notre situation est « explosive » et il nous demande comment nous pensons continuer. Ma réponse est vite donnée : Il faut retirer mon nom du commerce, mettre celui de RAOUL à la place, puisque c’est lui qui exploite l’affaire et non moi qui n’y ai aucun mot à dire, et faire la séparation des biens par mesure de précaution.
RAOUL, par contre, ne se prononce pas. Je ne comprends pas que le docteur LARIVE n’insiste pas pour connaître également l’opinion de RAOUL et qu’il ne lui prescrit aucun traitement. Je sortirai samedi prochain. Le médecin m’explique qu’il ne faudra pas d’énervement à RAOUL. Cela ne m’empêchera pas de lui poser des questions concernant des points auxquels il me faudra absolument une réponse de sa part. Je m’attends à des difficultés en rentrant. Je veux bien me taire pour tout ce qui est du côté privé, mais côté professionnel, je suis obligée d’interroger RAOUL, que cela lui plaise ou pas. La suggestion du docteur LARIVE d’une séparation temporaire n’est pas réalisable financièrement ; nous avons déjà du mal à faire face au strict minimum, comment alors se mettre un deuxième loyer sur le dos ?
 
A mes yeux, cette consultation n’a servi à rien. Une vie sous le même toit me semble encore réalisable, à condition que RAOUL change son comportement vis-à-vis de moi, mais la vie commune de couple totalement exclue après tout ce qui s’est passé. Il y a des choses qu’on n’oublie pas, qu’on ne fait pas, qui, à mes yeux, sont impardonnables. La religion chrétienne appelle au pardon, pardon que j’ai du mal à admettre puisqu’il laisse la porte grande ouverte à tout genre d’actes qui seraient simplement « pardonnés » par la suite. Il m’est impossible de comprendre comment le Pape ait pu pardonner son agresseur lors de la tentative d’attentat. Je sais que je ne pourrais jamais pardonner à RAOUL tout ce qu’il m’a fait subir. 
L’infirmière me rappelle que je dois « ménager » RAOUL ; est-ce que cela veut dire « je dois me taire » ? J’essaierai, mais pas pour le professionnel, c’est sûr. A-t-on rappelé à RAOUL qu’il doit ME ménager ?
Pour lire la suite, cliquez
Pour revenir au début du PUZZLE DE LA VERITE, cliquez

Si vous souhaitez lire LE PUZZLE DE LA VERITE en entier, laissez un message dans CONTACT en bas de page.

Partager cet article

Published by KATY NESTOR - dans Le Puzzle de la Vérité
commenter cet article

commentaires