Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Presentation

  • : FUKUSHIMA ATTENTION DANGER
  •  FUKUSHIMA ATTENTION DANGER
  • : FUKUSHIMA - radiesthésie - radiesthesia - avertissements et conseils à l'Humanité - warnings and advice to Humanity - But du blog : œuvrer pour un monde meilleur en publiant - des messages reçus par radiesthésie - des articles sur l'environnement et la santé aim of this blog : help to make the world a better place by publishing messages from the Other World and articles on environmental and health issues - le témoignage sur les risques et conséquences du régime matrimonial légal
  • Contact

Recherche éditeur - Looking for editor

Je suis à la recherche d'un éditeur pour la publication et diffusion à l'échelle mondiale du recueil de Messages Divins JESUS EN DIRECT.

 

Merci de me contacter par le formulaire de CONTACT.

 

Looking for an editor for publication and worldwide commercialisation of the collection of Divine Messages JESUS LIVE.

 

Please use the CONTACT form to get in touch with me.

 

APPEL URGENT

pour informer de la nouvelle réalité depuis le 11 mars 2011

URGENT APPEAL to inform on the new reality since March 11, 2011


____________________

 

"A foolish faith in authority is the worst enemy of truth."

Albert Einstein


"Le monde est dangereux à vivre. Non pas à cause de ceux qui font le mal,

mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire."

Albert Einstein

 

"During times of universal deceit, telling the truth becomes a revolutionary act."

George Orwell

 

"Les hommes répugnent à accepter ce qui est facile à saisir. "

  Henry Miller


icono

 

 

Think again, think seven times again before you leap 
and start construction of new nuclear power plants.
Mikhail Gorbachev
June 2006

5 novembre 2006 7 05 /11 /novembre /2006 11:18
Suite 16 octobre
Je m’installe dans le hall décoré de plantes vertes, éclairé par un plafond en verre, endroit idéal pour tricoter tranquillement dans de bonnes conditions. J’entends parler de chambre treize, la mienne, je tends l’oreille. Je vois RAOUL arriver en compagnie d’une infirmière. Il m’apporte toutes les affaires que je lui ai demandées, sauf la carte téléphonique qui m’est indispensable ici, seul lien avec l’extérieur et des gens normaux. Comme nous n’avons pas grand-chose à nous dire, RAOUL repart rapidement ; je suis soulagée de le voir partir.
 
Après le déjeuner, je m’allonge pour la sieste avec l’espoir de pouvoir rattraper la nuit perturbée. A peine endormie, un imbécile frappe à la porte, jette un coup d’oeil dans la chambre et repart, laissant la porte grande ouverte. Cela signifie la fin de ma sieste dont j’ai pourtant grand besoin. Peu de temps après, l’aide-soignante nous sert du café au lait que j’accompagne d’une tranche de pain aux raisins, pain que j’avais fait juste avant mon hospitalisation et que je déguste maintenant en toute tranquillité. Je m’y sens bien ; on ne m’agresse plus. Le temps est suffisamment agréable pour pouvoir rester dehors. Je tricote. Nous bavardons beaucoup, besoin essentiel et continu chez tous les patients. C’est ainsi que l’après-midi passe vite et que l’heure du dîner arrive. Les repas sont très copieux, je n’ai plus l’habitude de manger de telles quantités. Par la force des choses, je me suis habituée à ne manger que le strict nécessaire à condition que RAOUL ne me coupe pas complètement l’appétit. Je suis au fromage lorsque je vois arriver RAOUL et GREG au réfectoire par la porte de derrière. Je n’en suis pas enchantée, je suis plus tranquille sans eux. Après avoir interrogé père et fils, le docteur GINA conclut que nous nous « bouffons » tous les deux. J’aurais bien voulu être petite souris pour savoir ce que RAOUL a raconté au médecin. 
La semaine prochaine, RAOUL sera interrogé par un autre psychiatre. Ensuite, on verra. Une chose est sûre : On me gardera encore à l’hôpital pour que je me repose. 
 
Il paraît que RAOUL a reçu un courrier du Tribunal de Commerce et est mécontent que je me sois adressée au Président en lui demandant de l’aide pour la gestion de la GOURMANDISE. Il me fait remarquer que j’aurais dû lui en parler avant de l’envoyer. Cela m’aurait valu une bonne crise de colère, sans plus ou alors l’interception de ma lettre. 
(Annotation : RAOUL ne me remettra pas cette lettre adressée à MON nom. Ainsi j’ignorais qu’il fallait payer 200 Francs de frais pour que le Tribunal de Commerce se charge de mon dossier et 16.000 Francs d’honoraires pour l’administrateur. Faute de règlement, le Tribunal de Commerce n’a pas donné suite à mon appel au secours. Je l’ai découvert seulement des années plus tard.)
 
Avant de m’endormir, je repense à ma situation et ne vois comme solution que la séparation des biens et ma radiation de la GOURMANDISE puisque de toute façon, RAOUL ne fait qu’à sa tête, ou alors le dépôt de bilan qu’aussi bien la Chambre des Métiers que Maître MATOU m’ont conseillé après leur avoir expliqué mes problèmes au niveau de la gestion de la GOURMANDISE.  Je pourrai ainsi obtenir du Tribunal de Commerce un administrateur qui me déchargerait et qui obligerait RAOUL d’agir comme il le faut. Depuis mon retour de mon séjour au bord de la mer, j’ai complètement perdu pieds dans les affaires du restaurant, RAOUL m’écartant à cent pour cent de la gestion. Comme il m’a retiré le livre comptable et ne me fournit plus les factures et courriers de la GOURMANDISE, je ne sais plus où nous en sommes. Comment faire ? Je verrai ça après ma sortie…
 
Me sentant très fatiguée, je ne prends qu’un seul Imovane, mais j’ai beaucoup de mal à trouver le sommeil, trop de problèmes me passent par la tête.  Je me sens déchirée, torturée, nerveuse, mal dans ma peau. Je me réveille très souvent pendant la nuit et j’ai du mal à me rendormir. Comment vais-je pouvoir me reposer ?
Pour lire la suite, cliquez
Pour revenir au début du PUZZLE DE LA VERITE,
cliquez

Si vous souhaitez lire LE PUZZLE DE LA VERITE en entier, laissez un message dans CONTACT en bas de page.
 
 

Partager cet article

Published by KATY NESTOR - dans Le Puzzle de la Vérité
commenter cet article

commentaires