Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Presentation

  • : FUKUSHIMA ATTENTION DANGER
  •  FUKUSHIMA ATTENTION DANGER
  • : FUKUSHIMA - radiesthésie - radiesthesia - avertissements et conseils à l'Humanité - warnings and advice to Humanity - But du blog : œuvrer pour un monde meilleur en publiant - des messages reçus par radiesthésie - des articles sur l'environnement et la santé aim of this blog : help to make the world a better place by publishing messages from the Other World and articles on environmental and health issues - le témoignage sur les risques et conséquences du régime matrimonial légal
  • Contact

Recherche éditeur - Looking for editor

Je suis à la recherche d'un éditeur pour la publication et diffusion à l'échelle mondiale du recueil de Messages Divins JESUS EN DIRECT.

 

Merci de me contacter par le formulaire de CONTACT.

 

Looking for an editor for publication and worldwide commercialisation of the collection of Divine Messages JESUS LIVE.

 

Please use the CONTACT form to get in touch with me.

 

APPEL URGENT

pour informer de la nouvelle réalité depuis le 11 mars 2011

URGENT APPEAL to inform on the new reality since March 11, 2011


____________________

 

"A foolish faith in authority is the worst enemy of truth."

Albert Einstein


"Le monde est dangereux à vivre. Non pas à cause de ceux qui font le mal,

mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire."

Albert Einstein

 

"During times of universal deceit, telling the truth becomes a revolutionary act."

George Orwell

 

"Les hommes répugnent à accepter ce qui est facile à saisir. "

  Henry Miller


icono

 

 

Think again, think seven times again before you leap 
and start construction of new nuclear power plants.
Mikhail Gorbachev
June 2006

8 novembre 2008 6 08 /11 /novembre /2008 10:45
13 janvier
Je passe toute la matinée à rédiger des courriers dans l'espoir d'obtenir au moins quelques réponses pour que je puisse fournir des preuves au Tribunal de la faute des PPT et du préjudice subi.  Je ne me fais pas beaucoup d'illusions, l'affaire se fait vieille.  Personne n'a un intérêt de m'aider à me défendre et investir du temps dans la recherche d'anciennes lettres recommandées, de faire des photocopies et de payer des timbres-poste.  Mais je le fais quand même ; je pourrai au moins dire que j'ai essayé.  Le fait que RAOUL ait intercepté toutes les lettres recommandées m'a empêchée de connaître la situation financière qui nous a conduits à fermer la GOURMANDISE.  Peut-être aurait-il été possible d'éviter la liquidation judiciaire si j'avais eu connaissance de tous les problèmes financiers ?  Peut-être aurais-je pu assainir l'affaire si RAOUL m'avait donné l'occasion de le faire au lieu de m'écarter ?  Maintenant, je dois subir toutes les conséquences de ses cachotteries.

20 janvier
J'apprends qu'à Abu Dhabi, un chef pâtissier peut compter avec un salaire de départ entre 2.500 et 3.000 US Dollars,  logé, nourri, billet avion payé et trente jours de congés annuels.  J'ai ainsi enfin la confirmation que RAOUL a menti au Juge aux Affaires Familiales lorsqu'il avait indiqué un salaire de base de 7.500 Francs, soit 1.000 Dollars, salaire sur lequel s'est basé le Tribunal pour fixer la pension alimentaire.  Reste à le prouver !

27 janvier
Je reçois une lettre de Maître POPA qui me démoralise : Dans l'affaire BENBIRA, où je voudrais seulement récupérer un tapis non vendu, que la maison BENBIRA prétend m'avoir réglé, l'avocate voit peu de chances d'aboutir en raison de la liquidation judiciaire.  Elle craint que le Juge lui reproche la non-intervention de mon syndic.  Elle semble oublier que ce tapis n'a jamais fait partie des objets saisis par Maître ESTA  puisque je l'avais mis en dépôt-vente auparavant.  De ce fait, je considère qu'il ne regarde absolument pas le syndic.  Je  demanderai à Maître POPA d'engager enfin la procédure, puisque la maison BENBIRA avoue d'avoir fait une faute d'étiquetage, mais n'en a jamais réparé les conséquences.  
Maître POPA écrit :
« Maître BENBIRA m'a répondu le 21 décembre 1999 qu'une erreur de désignation avait été commise lors de la vente, mais qu'il estimait vous avoir remis ce qui vous revenait, m'indiquant que vous aviez demandé un prix de réserve de 400 à 500 Francs et que le tapis avait été vendu 600 Francs. »
Ceci est absolument fauxJamais je n'ai mis de prix de réserve, puisque je n'ai jamais reçu d'estimation comme je l'avais demandé.  Dès que je m'étais aperçu de l'erreur d'étiquetage, j'avais téléphoné à la maison BENBIRA pour le signaler, j'avais demandé de retrouver le tapis manquant et j'avais fait bloquer la vente de tous les tapis déposés, tapis qui ont été vendus malgré mon interdiction sans aucune estimation !  Maintenant, je voudrais que la maison BENBIRA soit poursuivie pour faute professionnelle, mais Maître POPA ne semble pas vouloir intervenir pour défendre mes intérêts sans l'accord de Maître TOUR.  Je suis vraiment en colère puisque je m'aperçois que toute seule je ne peux rien faire.  Je maudis tout le monde.

Dans l'affaire des PTT, Maître POPA m'écrit qu'elle doit pouvoir « définir le préjudice directement causé par la non-réception de ces recommandées ».  Or, en octobre 1999, elle m'affirmait d'avoir tous les éléments pour engager la procédure pour faute professionnelle !  Depuis, je m'étonnais de ne pas avoir eu de nouvelles concernant la procédure que je croyais engagée et pour laquelle j'avais remis un dossier d'aide juridictionnelle.  Or, aujourd'hui elle écrit : « Je ne souhaite pas engager des procédures si je n'ai pas tous les éléments qui nous permettront d'arriver au bout ».  Il m'est incompréhensible qu'elle ne parle d'aucun préjudice moral, certes difficile à chiffrer, mais réel.  J'espère que les créanciers seront compréhensifs et me fourniront les photocopies de leurs lettres recommandées.  Il n'y a rien d'autre à espérer.  

Le courrier me réserve une autre surprise : Je reçois enfin une copie du contrat de travail avec l'Education Nationale, contrat qui ne fait figurer nulle part mon salaire en chiffres.  Il ne parle que de rémunération au titre du décret n° 56 585 du 12 juin 1946 décret que je ne connais pas.  Je sais que je toucherai 110 Francs bruts, mais je ne l'ai pas par écrit.  En plus, ce contrat ne couvre que la période de novembre à décembre 1999.  Pour cette année, je n'ai pas de contrat, mais je suis affectée à plusieurs écoles.  Je ne sais même pas exactement jusqu'à quelle date.  Pourtant cela m'arrangerait afin de pouvoir m'organiser pour les marchés dès que le temps le permettra.  
L'Inspectrice de l'Education Nationale écrit : « J'ai le plaisir de vous faire connaître que les salaires de novembre et décembre seront virés sur vos comptes le 25 février par la Trésorerie Générale de la Gironde ».  Cela signifie que je toucherai mes 1.500 Francs avec trois mois de retard !  Cette dame semble ignorer le fait que la plupart des intervenants extérieurs sont en situation précaire et ont absolument besoin de cette petite paie pour pouvoir survivre !  Fin janvier, l'Education Nationale me doit environ 4.800 Francs.  A quand les paies pour janvier ?  Je préfère retourner à mes petites fleurs des champs pour oublier tout ce monde extérieur qui, à mes yeux, est pourri.  
Pour lire la suite, cliquez
Pour revenir au début du PUZZLE DE LA VERITE, cliquez


Partager cet article

Published by KATY NESTOR - dans Le Puzzle de la Vérité
commenter cet article

commentaires