Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Presentation

  • : FUKUSHIMA ATTENTION DANGER
  •  FUKUSHIMA ATTENTION DANGER
  • : FUKUSHIMA - radiesthésie - radiesthesia - avertissements et conseils à l'Humanité - warnings and advice to Humanity - But du blog : œuvrer pour un monde meilleur en publiant - des messages reçus par radiesthésie - des articles sur l'environnement et la santé aim of this blog : help to make the world a better place by publishing messages from the Other World and articles on environmental and health issues - le témoignage sur les risques et conséquences du régime matrimonial légal
  • Contact

Recherche éditeur - Looking for editor

Je suis à la recherche d'un éditeur pour la publication et diffusion à l'échelle mondiale du recueil de Messages Divins JESUS EN DIRECT.

 

Merci de me contacter par le formulaire de CONTACT.

 

Looking for an editor for publication and worldwide commercialisation of the collection of Divine Messages JESUS LIVE.

 

Please use the CONTACT form to get in touch with me.

 

APPEL URGENT

pour informer de la nouvelle réalité depuis le 11 mars 2011

URGENT APPEAL to inform on the new reality since March 11, 2011


____________________

 

"A foolish faith in authority is the worst enemy of truth."

Albert Einstein


"Le monde est dangereux à vivre. Non pas à cause de ceux qui font le mal,

mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire."

Albert Einstein

 

"During times of universal deceit, telling the truth becomes a revolutionary act."

George Orwell

 

"Les hommes répugnent à accepter ce qui est facile à saisir. "

  Henry Miller


icono

 

 

Think again, think seven times again before you leap 
and start construction of new nuclear power plants.
Mikhail Gorbachev
June 2006

19 octobre 2008 7 19 /10 /octobre /2008 15:21
29 octobre
Aujourd'hui, je n'ai rien pu vendre sur le marché et repars un peu déçue.  Une fois de plus, j'ai fait 90 kilomètres pour rien.  Je me console avec l'idée que peut-être une potentielle cliente m'apportera sa cantine de lait un autre jour pour la faire décorer.  Je suis soulagée que ma côte me fait presque plus mal, mais je ne dois surtout rien soulever de lourd, ce qui est plus facile dit que fait vu mon activité.  

Nous avons de beaux jours d'automne.  Notre coin est magnifique, on dirait parfois, le soir, que la forêt est en feu, un vrai spectacle.  Les vaches sont revenues dans le pré d'en face, côté loggia.  Du salon, nous voyons les moutons et de loin, nous entendons les coqs, c'est presque la vraie campagne en bordure de ville !   Je me sens de mieux en mieux dans l'appartement, c'est chez moi, une fois la porte fermée, laissant derrière moi la cage d'escalier qui me pèse à chaque fois que j'y passe vu le manque d'entretien, que je ressens comme une humiliation quotidienne.  J'ai surtout la tranquillité de ne plus pouvoir me retrouver à la rue tant que je payerai mon loyer et de savoir que personne ne pourra me mettre dehors.  C'est si rassurant !  Comme m'avait sorti un jour RAOUL : « Sois contente d'avoir un toit ! »  Je l'ai !

30 octobre
En relisant en détail le dossier de Maître ESTA,  je découvre un paragraphe du procès-verbal de constat d'inventaire du 29 septembre 1996 établi par Maître ESTA qui s'applique parfaitement à RAOUL, mais qui, à ce jour, n'a eu aucune suite :
« En cas d'ouverture d'une procédure de redressement judiciaire sont coupables de banqueroute les personnes mentionnées à l'article 196 contre lesquelles a été relevé d'un des faits ci-après :
« avoir détourné ou dissimulé tout ou partie de l'actif du débiteur »
« avoir fait disparaître des documents comptables de l'entreprise. »

Il faut que j'attire l'attention du Procureur de la République et de Maître TOUR à ce paragraphe dans l'espoir qu'un jour, la Loi sera appliquée. Vu l'importance de ce constat, j'adresse également une copie de mon courrier au Procureur Général.
(aucune réponse, sans suite)

7 novembre
L'inspecteur de l'Académie m'appelle le dimanche soir à dix-neuf heures pour me dire que je dois commencer mes cours d'initiation à l'anglais demain !  Il n'avait pas le temps de me le dire un peu plus tôt en raison des vacances scolaires.  Je suis désolée de ne pas pouvoir démarrer lundi, puisque j'ai une exposition vente dans une administration prévue depuis de longue date.  Heureusement que l'inspecteur comprend ma situation ; il est d'accord pour repousser les cours à la semaine suivante.  J'apprends que je serai payée 110 Francs bruts à l'heure, mais je n'ai aucune idée, ce qu'il m'en restera.  De toute façon, je prends ; on verra tout le reste plus tard.  « Mieux vaut le moineau dans la main, que le pigeon sur le toit » disait mon père.  Il  avait bien raison.  Si seulement RAOUL avait suivi ce conseil !

12 novembre
Après deux échecs, le marché du vendredi est gâché par une pluie surprise devenant de plus en plus intense ; je suis obligée de plier bagage avant l'heure habituelle.  Tout est trempé, ranger les affaires est difficile ; je suis de mauvais poil et j'ai hâte de rentrer pour me réchauffer avec un repas chaud.  Je me console avec l'idée que j'ai quand même gagné ma journée après avoir déniché deux pulls en Cachemire pour 30 Francs pièce.

17 novembre
Le « grand jour » est arrivé, j'ai cinquante ans !  Rien de spécial ne se passe.  J'aurais aimé m'offrir une thalassothérapie pour soulager mes douleurs de dos, mais ce n'est pas le moment.  Peut-être pour mes soixante ans ?  Je n'ai jamais reçu aussi peu de courrier que cette année,  J'en déduis que je tombe lentement dans l'oubli, que je me retrouve de plus en plus éloignée de ce qu'on appelle « ses proches ».  Je me dis que si je suis vivante ou morte, cela ne changerait rien pour personne, à part pour EMMA.  Elle est en effet ma seule raison de vivre, je n'en ai aucune autre, puisque la vie en elle-même, n'a plus de sens pour moi, vie qui m'a été gâchée par l'être que je croyais le plus proche de moi, mon ex-mari.  Je n'arrête pas de me poser toujours les mêmes questions, le jour, la nuit, au petit déjeuner, pendant la promenade avec le chien, en faisant du tricot, en attendant mon tour au guichet de la poste, au feu rouge, dans la rue, questions auxquelles RAOUL refuse obstinément de me répondre, il me l'a même confirmé par écrit.  Son attitude me dégoûte ; je me demande s'il se rend compte de ce qu'il a fait et ce qu'il fait encore : tuer à feu doux l'âme de l'être qu'il avait prétendu aimer.  Je continue à penser qu'il vaut mieux le considérer comme un homme malade ; cela l'excuserait, mais ne répare pas le dommage qu'il a causé et qu'il cause toujours, par exemple par ses lettres blessantes et injustes, remplies d'affirmations fausses, rédigées dans le seul but d'enfoncer la lame encore un peu plus profondément.  Peut-être veut-il me provoquer, mais je me retiens pour ne pas répondre à ses injures.  Je me contente de donner ma réponse à mon Journal qui ne réplique pas.  Le jour viendra où RAOUL sera jugé...
Comme je me sens un peu délaissée pour mes cinquante ans, je me promets pour me rattraper un peu, de m'offrir à l'occasion un bouquet de fleurs, ce que je n'ai pas fait depuis des années.  J'aimerais tant que l'appartement soit fleuri régulièrement, mais je n'ose pas engager cette dépense qui n'est pas vitale, mais qui me ferait vraiment plaisir.  J'ai toujours aimé les plantes et les fleurs.  Comme je n'ai plus de jardin, je compense en peignant des fleurs à volonté, mon sujet préféré.
Pour arroser mon anniversaire, EMMA débouche pour la première fois une bouteille de champagne, par précaution au-dessus de l'évier, et sursaute lorsque le bouchon lui reste dans la main.  C'est la première fois de ma vie, que j'ai acheté une bouteille de champagne pour moi toute seule !  


Pour lire la suite, cliquez
Pour revenir au début du PUZZLE DE LA VERITE, cliquez


Partager cet article

Published by KATY NESTOR - dans Le Puzzle de la Vérité
commenter cet article

commentaires