Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Presentation

  • : FUKUSHIMA ATTENTION DANGER
  •  FUKUSHIMA ATTENTION DANGER
  • : FUKUSHIMA - radiesthésie - radiesthesia - avertissements et conseils à l'Humanité - warnings and advice to Humanity - But du blog : œuvrer pour un monde meilleur en publiant - des messages reçus par radiesthésie - des articles sur l'environnement et la santé aim of this blog : help to make the world a better place by publishing messages from the Other World and articles on environmental and health issues - le témoignage sur les risques et conséquences du régime matrimonial légal
  • Contact

Recherche éditeur - Looking for editor

Je suis à la recherche d'un éditeur pour la publication et diffusion à l'échelle mondiale du recueil de Messages Divins JESUS EN DIRECT.

 

Merci de me contacter par le formulaire de CONTACT.

 

Looking for an editor for publication and worldwide commercialisation of the collection of Divine Messages JESUS LIVE.

 

Please use the CONTACT form to get in touch with me.

 

APPEL URGENT

pour informer de la nouvelle réalité depuis le 11 mars 2011

URGENT APPEAL to inform on the new reality since March 11, 2011


____________________

 

"A foolish faith in authority is the worst enemy of truth."

Albert Einstein


"Le monde est dangereux à vivre. Non pas à cause de ceux qui font le mal,

mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire."

Albert Einstein

 

"During times of universal deceit, telling the truth becomes a revolutionary act."

George Orwell

 

"Les hommes répugnent à accepter ce qui est facile à saisir. "

  Henry Miller


icono

 

 

Think again, think seven times again before you leap 
and start construction of new nuclear power plants.
Mikhail Gorbachev
June 2006

29 septembre 2008 1 29 /09 /septembre /2008 17:42
 4 septembre
Je fais de la peinture dans le brouillard, un brouillard de larmes de profonde tristesse, larmes que je n'arrive pas à maîtriser et que je laisse couler dès qu'EMMA quitte la pièce.  Je ne souhaite pas qu'elle me voie ainsi, décomposée comme je ne l'ai pas été depuis assez longtemps, heureusement.  J'ai beau de raisonner, le sentiment d'injustice, de blessure de l'âme, de révolte, d'écoeurement, de déception, de haine, garde le dessus.  Je me jette à fond dans le travail, ce qui m'oblige à me concentrer sur autre chose et m'empêche ainsi de poursuivre mes pensées négatives.  J'espère de mon état de déprime une créativité accrue, ce qui a été souvent le cas jusqu'à présent.  J'ai en effet constaté que plus je me sentais mal dans ma peau,  plus j'étais créative.  Tout semble avoir un côté positif.

5 - 7 septembre
Je suis en plein dans les préparatifs pour la Foire de Perlieux.  Je travaille d'arrache-pied pour finir à temps les objets que j'ai dénichés dans une brocante.  Mes journées de travail sont longues et je me sens déjà fatiguée avant la Foire.  L'appartement est en désordre ; je manque de place pour stocker les travaux en cours.  

Je suis consternée que suite à mes lettres du 15 avril et 6 août dernier, Maître TEX refuse de me renseigner sur l'état du dossier de Monsieur ANNOT, ancien client à qui RAOUL n'a jamais remboursé l'acompte de 3.000 Francs sans avoir exécuté la commande.
Je lis : « Il appartient à Monsieur ANNOT de m'interroger directement pour tout renseignement. »
Cela veut dire, ma démarche a été en vain, une fois de plus !  
Si seulement on voulait me renseigner sur ce qui s'est passé pendant la période du mariage, mais apparemment la Loi ne le permet pas !

10 - 19 septembre
Je suis contente : J'ai réussi à installer toute seule un joli stand de Foire, une première pour moi.  Très vite, la Foire devient un calvaire pour moi : Depuis le début, j'ai de fortes douleurs entre les côtes au point de ne pouvoir ni éternuer, tousser, rire ou respirer à fond.  Tourner le volant ou passer les vitesses devient extrêmement douloureux, soulever quelque chose un peu lourd est pratiquement impossible, dormir relève de la torture.  Je me décide enfin d'aller consulter le médecin qui me met sous anti-inflammatoires et anti-douleurs.  Mais je ne supporte pas l'analgésique qui me fait tourner la tête ; je préfère l'arrêter et supporter la douleur.  Je suis un tas de misère écroulée sur ma chaise et me pose toujours la même question : qu'est-ce que je peux bien avoir pour souffrir tant ?  C'est un vrai tour de force, mais je dois à tout prix tenir bon jusqu'au bout, coûte que coûte.

Les ventes directes à la Foire sont très médiocres ; par contre, les compliments n'arrêtent pas toute la journée.  Si seulement je pouvais vivre de compliments, je vivrais comme une reine ...  
Vu mon mauvais état de santé, j'attends avec impatience la fin de chaque journée et encore plus la fin de cette manifestation.  J'appréhende le démontage, mais je n'ai pas d'autre choix que de me débrouiller seule malgré mes douleurs.  J'ai de la chance : Quelques collègues compréhensifs me donnent un coup de main pour les pièces les plus lourdes.  Mais je dois décharger seule.  Je me souviendrai toujours de cette Foire !  Si seulement elle valait le coup !  Je n'en sais rien pour le moment ; il faut attendre les éventuelles retombées, attendre comme pour tant d'autres choses, toujours attendre, je suis devenue championne dans cet art !
Dans l'ensemble, même si je n'ai pas fait un chiffre d'affaires de rêve, je suis bien contente d'avoir pu participer à cette manifestation ; j'ai l'impression que je redeviens petit à petit une personne à part entière, capable de travailler, de communiquer, de me débrouiller, de m'organiser, peut-être même de gagner ma vie...  

22 septembre
J'ai obtenu l'accord favorable pour mon dossier ACCRE qui me dispensera des charges sociales pendant un an, soit une économie d'environ 24.000 Francs, somme non négligeable lorsque l'on repart à zéro sans un sou.  Cela me permettra de tester s'il est possible de vivre de ma peinture ou non.  

Je décroche ma première commande suite à la Foire pour un panneau panoramique fleuri.  Je suis contente, mais sans plus et file commander le panneau pour pouvoir l'attaquer aussitôt ; je suis tellement anxieuse de voir si je sais encore peindre comme il y a dix ans !  A peine le panneau livré le soir, je passe la sous-couche, presque dans la pénombre, sur la loggia.  Je suis tellement pressée !

Suite à ma lettre de mai dernier, le Greffier du Tribunal de Commerce de Perlieux me répond enfin :
« N'ayant pas été victime des agissements de votre mari, je ne vois pas comment j'aurais pu déposer une plainte.  Les agissements de votre mari sont à dénoncer au liquidateur désigné par le Tribunal ».  
Le Greffier semble ignorer que je l'ai fait depuis 1996, mais que le liquidateur fait la sourde oreille !  Que puis-je faire de plus ?  Je me sens complètement impuissante.


Pour lire la suite, cliquez
Pour revenir au début du PUZZLE DE LA VERITE, cliquez


Partager cet article

Repost 0
Published by KATY NESTOR - dans Le Puzzle de la Vérité
commenter cet article

commentaires