Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Presentation

  • : FUKUSHIMA ATTENTION DANGER
  •  FUKUSHIMA ATTENTION DANGER
  • : FUKUSHIMA - radiesthésie - radiesthesia - avertissements et conseils à l'Humanité - warnings and advice to Humanity - But du blog : œuvrer pour un monde meilleur en publiant - des messages reçus par radiesthésie - des articles sur l'environnement et la santé aim of this blog : help to make the world a better place by publishing messages from the Other World and articles on environmental and health issues - le témoignage sur les risques et conséquences du régime matrimonial légal
  • Contact

Recherche éditeur - Looking for editor

Je suis à la recherche d'un éditeur pour la publication et diffusion à l'échelle mondiale du recueil de Messages Divins JESUS EN DIRECT.

 

Merci de me contacter par le formulaire de CONTACT.

 

Looking for an editor for publication and worldwide commercialisation of the collection of Divine Messages JESUS LIVE.

 

Please use the CONTACT form to get in touch with me.

 

APPEL URGENT

pour informer de la nouvelle réalité depuis le 11 mars 2011

URGENT APPEAL to inform on the new reality since March 11, 2011


____________________

 

"A foolish faith in authority is the worst enemy of truth."

Albert Einstein


"Le monde est dangereux à vivre. Non pas à cause de ceux qui font le mal,

mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire."

Albert Einstein

 

"During times of universal deceit, telling the truth becomes a revolutionary act."

George Orwell

 

"Les hommes répugnent à accepter ce qui est facile à saisir. "

  Henry Miller


icono

 

 

Think again, think seven times again before you leap 
and start construction of new nuclear power plants.
Mikhail Gorbachev
June 2006

9 septembre 2008 2 09 /09 /septembre /2008 17:37
5 juillet
En début d'après-midi, je vais à la convocation reçue par l'ANPE sinon je serai rayée de la liste des demandeurs d'emploi.   Après une présentation des aides offertes par l'ANPE aux demandeurs d'emploi sans grand intérêt pour moi, je passe à l'entretien individuel avec une conseillère.  Je lui explique mon projet de me mettre éventuellement à mon compte pour pouvoir exercer la peinture décorative et qu'actuellement, seul un local approprié et bon marché me manque.  Elle me conseille de venir à l'atelier de création d'entreprise vendredi prochain, date qui ne m'arrange pas du tout vu les préparatifs et mon départ vendredi pour une exposition de trois jours.  La conseillère a du mal à comprendre que j'essaie de limiter au maximum mes déplacements en ville à cause du prix des tickets de bus : un aller/retour me coûte neuf Francs, somme non négligeable lorsque l'on tient compte que mon budget alimentaire s'élève toujours à environ quinze Francs par jour.  Elle me demande si je ne peux pas venir à pieds.  Si elle savait combien de kilomètres que je me tape déjà comme ça malgré mes problèmes de dos !   Je lui fais remarquer que malgré mon projet, je recherchais un emploi à mi-temps, mais que ces postes ne sont que des CES auxquels je n'ai plus droit.  Elle insiste pour que je vienne participer à un des prochains ateliers de création d'entreprise.  Je lui promets d'y aller, d'une manière ou d'une autre.

Je reçois une lettre odieuse de RAOUL dont le passage la plus indigeste dit : « Je ne vois à ce jour aucune raison qui m'inciterait à t'apporter mon moindre appui dans la mesure où tu n'as jamais fait autre chose, depuis notre séparation, que de me diffamer, m'attaquer en justice avec des accusations honteuses et mensongères (relis tes accusations mensongères du divorce, tes diffamations mensongères contenues dans le rapport d'enquête sociale, tes nouveaux mensonges dans le cadre de la révision de la pension alimentaire).  N'attends donc rien de plus que d'éventuelles interventions ou réponses de ma part que dans le cadre strictement judiciaire, d'autant plus que la plupart des lettres auxquelles tu fais allusion, ne méritent vraiment aucune réponse sensée ».
Je décide d'envoyer une copie de cette lettre à Maître TOUR pour lui prouver que je me heurte à des murs et qu'il est grand temps qu'il agisse.  
Je lui demande d'engager une procédure judiciaire contre Monsieur BOULIER, seul moyen pour faire parler cet homme qui se fait la belle vie à l'étranger à l'abri de la justice française.  Je me plains qu'à ce jour, RIEN n'a été entrepris contre Monsieur BOULIER et que je compte sur son intervention auprès des Instances compétentes.  Pour appuyer ma demande, je renvoie à la liste résumant environ cinquante courriers adressés à Monsieur BOULIER depuis trois ans, tous restés sans réponse.
J'en profite pour rappeler au syndic, que la plupart de mes courriers de 1999 sont restés sans réponse de sa part.
(pas de réponse, pas de suite)

Je prévois également une copie de la lettre de RAOUL du 26 juin pour le Procureur de la République et une pour Maître POPA pour voir leur réaction au refus clair et net de RAOUL de répondre à mes nombreuses questions.  Je demande à Maître POPA si un ex-mari a le droit de refuser des informations concernant la période de mariage à l'ex-épouse.
(pas de réponse, ni du Procureur de la République, ni de Maître POPA)

mi-juillet
J'ai l'occasion de consulter un avocat extérieur au barreau de PERLIEUX avec l'intention de faire un procès aussi bien à Maître CORNIAUD qu'à Maître GUY pour faute professionnelle.  Ma première question est : Acceptez-vous l'aide juridictionnelle ?  A ma grande déception, l'avocate m'apprend que, habitant sur Perlieux, je ne pourrai pas obtenir cette aide pour Briac.  Je me sens coincée.  Maître POPA ne m'en avait pas parlé.  Je demande alors à Maître MAT le coût d'une procédure comme je l'envisage, mais elle est incapable de me situer.  Malgré ce mauvais point, je lui explique les problèmes que je rencontre avec les deux avocats et lui montre tous les documents dont je dispose.

Je sens Maître MAT embarrassée : d'un côté, elle voudrait m'aider, et de l'autre côté, cela n'est pas possible avec l'aide juridictionnelle à partir de Briac.  En plus, elle voit le risque de manque de preuves dans le cas de Maître CORNIAUD.  Comment puis-je prouver que j'ai déposé les documents dans sa boîte aux lettres ?  Même si la secrétaire me les a remis le 13 janvier 1999, elle ne le dira jamais si elle devait être appelée à témoigner.  Je suis dégoûtée.  
En conclusion Maître MAT me conseille de m'adresser à nouveau au Bâtonnier à Perlieux pour qu'il désigne un avocat ou de lui demander de me défendre lui-même.  L'avocate souligne le risque que je serais peut-être mal défendue, un procès entre confrères n'étant apprécié par personne,  mais j'aurais la possibilité d'aller en appel avec l'aide juridictionnelle pour obtenir un jugement satisfaisant.  Cette procédure me paraît bien compliquée.
Elle me répète une nouvelle fois que le syndic prend TOUTES les décisions à ma place, ce qui fait que je n'ai AUCUN pouvoir de décision : s'il veut faire appel, il le fera, s'il ne le veut pas, alors il ne le fera pas.  Je me demande comment Maître MATOU ait pu me conseiller de demander la liquidation judiciaire malgré les contraintes importantes qu'elle comporte.  Il ne m'a jamais avertie des conséquences de cette procédure.  J'ai ainsi confirmation que malgré ma demande de faire appel dans le litige POMAL, appel que Maître CORNIAUD n'a pas fait  -  il n'est pas fautif.  Je ne peux pas avaler cela, c'est complètement absurde.  Un syndic qui ne fait pas son travail correctement, peut donc vous être nuisible.  
Dans tous les cas, je dois retrouver la lettre d'acceptation de Maître CORNIAUD disant qu'il accepte de s'occuper des dossiers, sinon je ne peux rien faire contre lui.  Je crains que je doive me faire à l'idée de me retrouver avec deux jugements définitifs (POMAL et DIVORCE) alors que j'avais demandé à plusieurs reprises de faire appel.  Cette pensée me fait frémir.
A la fin de notre entretien,  l'avocate avoue que plus elle prend de l'âge, plus elle se pose des questions sur la justice...  
Je sors de son cabinet avec des sentiments mitigés : contente d'avoir fait la connaissance d'une avocate ouverte et accessible, déçue parce que j'ai peu de chances d'obtenir gain de cause.  Je lui suis reconnaissante de m'avoir consacré plus d'une heure à titre gracieux.  Je me sens si impuissante réalisant que j'ai les mains liées par la Loi.  Tout ce que je retiens est qu'il n'y a à peu près aucune chance de trouver quelqu'un qui veuille bien me défendre.  Une fois de plus je constate que mon cas n'intéresse personne.  C'est une pilule amère que je n'arrive pas à avaler.  Que je regrette que Maître MAT n'exerce pas sur Perlieux, je suis sûre elle  défendrait ma cause.

J'apprends par une vieille relation que RAOUL avait parlé de moi de « folle » en 1994 lorsque j'étais hospitalisée, qu'il n'avait pas voulu lui dire dans quel service j'étais admise et qu'il lui avait expliqué que de toute façon ce n'était pas la peine qu'elle vienne me rendre visite puisque je ne reconnaissais personne.  Il n'a pas même pas voulu lui donner mon adresse lorsque j'étais partie au bord de la mer !  Je me demande comment il a pu oser mentir et agir contre moi à ce point ?


 
Pour lire la suite
Pour revenir au début du PUZZLE DE LA VERITE, cliquez


Partager cet article

Published by KATY NESTOR - dans Le Puzzle de la Vérité
commenter cet article

commentaires