Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Presentation

  • : FUKUSHIMA ATTENTION DANGER
  •  FUKUSHIMA ATTENTION DANGER
  • : FUKUSHIMA - radiesthésie - radiesthesia - avertissements et conseils à l'Humanité - warnings and advice to Humanity - But du blog : œuvrer pour un monde meilleur en publiant - des messages reçus par radiesthésie - des articles sur l'environnement et la santé aim of this blog : help to make the world a better place by publishing messages from the Other World and articles on environmental and health issues - le témoignage sur les risques et conséquences du régime matrimonial légal
  • Contact

Recherche éditeur - Looking for editor

Je suis à la recherche d'un éditeur pour la publication et diffusion à l'échelle mondiale du recueil de Messages Divins JESUS EN DIRECT.

 

Merci de me contacter par le formulaire de CONTACT.

 

Looking for an editor for publication and worldwide commercialisation of the collection of Divine Messages JESUS LIVE.

 

Please use the CONTACT form to get in touch with me.

 

APPEL URGENT

pour informer de la nouvelle réalité depuis le 11 mars 2011

URGENT APPEAL to inform on the new reality since March 11, 2011


____________________

 

"A foolish faith in authority is the worst enemy of truth."

Albert Einstein


"Le monde est dangereux à vivre. Non pas à cause de ceux qui font le mal,

mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire."

Albert Einstein

 

"During times of universal deceit, telling the truth becomes a revolutionary act."

George Orwell

 

"Les hommes répugnent à accepter ce qui est facile à saisir. "

  Henry Miller


icono

 

 

Think again, think seven times again before you leap 
and start construction of new nuclear power plants.
Mikhail Gorbachev
June 2006

25 août 2008 1 25 /08 /août /2008 11:45
20 mai
Pour compléter ma plainte que j'ai déposée contre Monsieur BOULIER, j'informe le Procureur de la République des raisons pour lesquelles j'ai porté plainte sur le plan privé et professionnel et lui envoie une copie de mes réflexions que j'avais rédigées en octobre 1998 pour Maître CORNIAUD.
Je l'informe du refus de Monsieur BOULIER de répondre à mes courriers, soit environ une cinquantaine, que je lui ai adressés dans l'espoir qu'il me renseignera sur les problèmes qu'il a créés et qu'il m'aidera à les résoudre au plus vite.  Pour que le Procureur se rende compte de la complexité des problèmes et de leur gravité, j'établis une liste des courriers restés sans réponse depuis 1996.  
(pas de réponse)
                    
Je n'ai pas pleuré depuis plusieurs semaines, je crois.  Mais aujourd'hui, j'ai craqué, à cause de la réponse du Bâtonnier de Menau à qui j'avais fait part de mes difficultés de communiquer avec Maître PERNEAUD, avocate chargée de l'affaire SNIV par RAOUL et qui ne m'a répondu à aucun de mes courriers depuis 1996 :
Le Bâtonnier ne trouve AUCUNE faute dans le comportement de Maître PERNEAUD, mais me reproche, par contre, de ne jamais avoir répondu à ses demandes de renseignements, même aux lettres recommandées, et ne pas avoir réglé ses honoraires.  Comment aurais-je pu répondre puisque je n'avais jamais reçu ses lettres !   Tout le courrier était intercepté et gardé par RAOUL ; je ne possède qu'une seule lettre, celle du 7 juin 1994, dans laquelle Maître PERNEAUD affirme que je n'aurais rien à craindre vu la caducité du Jugement, lettre qui m'avait été remise par RAOUL en avril 1996, lorsqu'il me remit pour la première fois le dossier SNIV, incomplet d'ailleurs, en me disant : « Maintenant, débrouille-toi ! » 
Comment aurais-je pu régler les honoraires de Maître PERNEAUD puisque la lettre recommandée du 28 juin 1995 de l'Ordre des avocats au barreau de Menau, me demandant de régler les honoraires, avait également été réceptionnée par RAOUL et ne m'avait pas été remise avant avril 1996, tout comme une lettre de Maître PERNEAUD concernant ses honoraires, qui ne m'a jamais été remise par RAOUL non plus, honoraires qu'il n'a jamais réglés, avec pour conséquence que je n'avais pas été représentée lors de l'audience du 15 mars 1995 au Tribunal de Grande Instance de Menau.  Je me demande comment une personne peut être jugée sans être présente ou être représentée à une audience.  Ne serait-il pas éventuellement une faute de procédure ?   Apparemment non, puisque toute la procédure a suivi son cours depuis, résultant en ma condamnation à mon insu. 
Le Bâtonnier m'informe que Maître PERNEAUD ne dispose plus de pièces, elle aurait transmis le dossier à Maître OLIVE, avoué à la Cour d'Appel.   Il ne voit pas ce qui pourrait être reproché à Maître PERNEAUD.   Pour lui, c'est une affaire classée, mais pas pour moi.

Je dois relire la lettre du 28 juin 1995 :
« Je suis saisi par Maître PERNEAUD d'une réclamation qui me demande d'arbitrer le montant de ses honoraires  (reste dû : 4.744 Francs). »
« Compte tenu de votre absence de réponse, Maître PERNEAUD n'a pu intervenir dans votre intérêt à l'audience de mise en état du 15 mars 1995. »
« A défaut de réponse de votre part dans le délai d'un mois, je prendrai ma décision en fonction des seuls éléments qui sont en ma possession. »

J'en pleure.  Je suis tellement bouleversée d'avoir à nouveau la confirmation que RAOUL avait osé d'intercepter des lettres à MON nom qui me concernaient directement, même recommandées, lettres officielles comme Mise en demeure, Assignation, Convocation au Tribunal, Jugement, note d'honoraires, que je m'effondre en larmes, retournée par son culot, son attitude qui, à mes yeux, est criminelle.  Cette découverte me fait beaucoup de peine, peine de savoir que la personne en qui j'avais confiance, a abusé de la mienne à l'extrême, non seulement dans ce cas, mais également dans beaucoup d'autres.  Le pire, c'est que je ne sais pas quoi faire pour me défendre contre ses actes, dont le seul but est de me nuire, mais me nuire pourquoi ?  Je ne suis pas sûre si le fait qu'un époux intercepte et ne remet pas les courriers au nom de l'autre époux, est illégal.  Jusqu'à présent, malgré le fait de l'avoir signalé à plusieurs reprises, je n'ai toujours pas de réponse claire et nette et en tout cas, je n'ai obtenu aucune intervention de la part de personne, même pas de Maître POPA qui pourtant avait affirmé par écrit le 16 février dernier que « si Monsieur BOULIER a effectivement soustrait le courrier qui vous était adressé, ou a détourné des biens, il est passible de sanctions pénales ».
De toute façon, j'en ai informé le Procureur de la République, qui devrait le savoir, mais j'attends en vain une réponse depuis deux ans déjà. 
Je n'ai plus envie de faire grand-chose aujourd'hui, mais j'ai si gros sur le cœur que je rédige tout de suite ma réponse au Bâtonnier de Menau pour lui expliquer ma situation en lui précisant que ce n'est qu'en avril 1996 que Monsieur BOULIER m'avait remis le dossier de la SNIV et qu'il interceptait tous les courriers auparavant m'empêchant ainsi de pouvoir agir.  Je l'informe que je ne connais pas Maître OLIVE qui aurait été chargé de l'appel, et demande ses coordonnées.  Je lui fais remarquer mon incompréhension de l'attitude de Maître PERNEAUD qui n'a répondu à aucun de mes six courriers entre 1996 et 1999.  En avril 1996, je lui avais demandé de continuer ma défense, mais qu'elle ne pouvait plus assurer vu le divorce ; depuis, je n'ai pas eu de nouvelles suite à mes courriers.
Je demande quel recours j'ai contre les agissements derrière mon dos de Monsieur BOULIER.  
(Annotation : Le Bâtonnier ne donnera pas de réponse à mes questions ; le 9 août 1999, il me communiquera seulement les coordonnées de Maître OLIVE.)

Je n'ai pas grand espoir que ma lettre serve à quelque chose, mais au moins je peux dire que je l'ai écrite.  Je me demande comment je peux me procurer tous les courriers et documents qui manquent dans le dossier SNIV.  Peut-être Maître POPA pourrait-elle les réclamer directement à Maître PERNEAUD ou à Maître OLIVE ?  Un avocat  ne devrait quand même pas refuser des documents à un collègue ?  Maître POPA le ferait-elle ?  Je n'en sais rien. 

Puisque je suis dans les courriers, autant d'en faire le tour :
J'informe Maître POPA du dossier SNIV et je lui demande de poursuivre Monsieur BOULIER s'il y a un moyen légal.  Vu tout ce qui s'est passé dans cette affaire depuis le début,  je lui demande d'étudier de près dans quelle mesure il serait possible de porter plainte contre Monsieur BOULIER pour m'avoir dissimulé tous les courriers me concernant, m'empêchant de me défendre, de payer les honoraires etc., pour me retrouver avec un jugement définitif qui m'empoisonne la vie.
(pas de suite)

Je voudrais savoir ce que je peux faire contre Maître PERNEAUD qui n'a pas répondu à mes courriers de 1996 à 1999 et comment je peux me procurer les documents nécessaires comme Conclusions et tout document justifiant l'affirmation de Maître PERNEAUD que je n'ai « rien à craindre vu la caducité du Jugement » ainsi que le contrat initial et le contrat d'ouverture de compte auprès de la SNIV qui ne répond pas non plus à aucun de mes courriers depuis 1996. 
Je suis dans l'impasse complet.  Je me sens coincée.  J'espère que Maître POPA pourra m'aider.
(Réponse le 27 décembre 1999)

Quant à mon interdiction bancaire suite aux actes de Monsieur BOULIER, je demande à Maître POPA si elle peut obtenir une compensation pour ce handicap et comment elle peut obliger Monsieur BOULIER de régulariser le compte pour que l'interdiction soit levée.
(Réponse le 30 juillet 1999)

Mon moral ne s'arrange pas à la lecture de l'état de créances réactualisé que Maître TOUR m'envoie suite à ma demande d'avril dernier.  Le montant des créances s'élève toujours à 1.998.606 Francs.  De quoi perdre la tête !  Par contre, je constate avec surprise que le poste CARTONS DUMARS a été rejeté en totalité. 
Il m'informe en même temps qu'il a sollicité de la part de Maître CHARLOT le remboursement des loyers des PRUNELLES me revenant et qu'il est dans l'attente de sa réponse. 
Je sens que j'aurai encore beaucoup de courriers à faire pour relancer tous ceux qui ont la flemme de me répondre.  Je continue à me heurter à des murs de silence impénétrables, à du refus de l'information, difficulté à laquelle je ne m'attendais pas au départ de mes démarches, qui me bloque dans la plupart des cas, me prend beaucoup de temps et use mes nerfs fragiles.

Je commence à rédiger immédiatement mes commentaires pour Maître TOUR : 
Je lui fais remarquer que malgré mes nombreuses demandes, ni GENO, ni DORBOIS, ni la société MILE ne m'ont toujours pas fait parvenir de documents justifiant leur créance déposée et lui demande de bien vouloir m'en fournir.  Suite à sa demande, je lui communique l'adresse de Monsieur JULE ; pourtant son adresse figure dans l'état des créances.  Je renouvelle ma demande de m'aider d'obtenir enfin une copie de l'état des lieux de sortie de Monsieur JULE qui continue à faire le mort
Je rappelle que le plus gros poste des créances, la ROYAL SAGE, n'a toujours pas été vérifié et que je souhaiterais obtenir le résultat de sa vérification.  Le prêt personnel du docteur SABELKA ne figure toujours pas dans l'état des créances malgré mes interventions et le poste Trésor Public concernant la taxe professionnelle est à annuler partiellement.
(pas de réponse)
(Annotation : Depuis, je n'ai pas reçu de nouvel état des créances.  Je réclame un début octobre 2003.)
C'est une journée gâchée.  Je n'ai qu'une seule et unique envie : PLEURER !  Pleurer pour évacuer tout ce qui m'écrase à l'intérieur, qui m'empêche de vivre, qui m'empêche de dormir, qui me pourrit la vie.  Pleurer ....

 
Pour lire la suite, cliquez
Pour revenir au début du PUZZLE DE LA VERITE, cliquez


Partager cet article

Published by KATY NESTOR - dans Le Puzzle de la Vérité
commenter cet article

commentaires