Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Presentation

  • : FUKUSHIMA ATTENTION DANGER
  •  FUKUSHIMA ATTENTION DANGER
  • : FUKUSHIMA - radiesthésie - radiesthesia - avertissements et conseils à l'Humanité - warnings and advice to Humanity - But du blog : œuvrer pour un monde meilleur en publiant - des messages reçus par radiesthésie - des articles sur l'environnement et la santé aim of this blog : help to make the world a better place by publishing messages from the Other World and articles on environmental and health issues - le témoignage sur les risques et conséquences du régime matrimonial légal
  • Contact

Recherche éditeur - Looking for editor

Je suis à la recherche d'un éditeur pour la publication et diffusion à l'échelle mondiale du recueil de Messages Divins JESUS EN DIRECT.

 

Merci de me contacter par le formulaire de CONTACT.

 

Looking for an editor for publication and worldwide commercialisation of the collection of Divine Messages JESUS LIVE.

 

Please use the CONTACT form to get in touch with me.

 

APPEL URGENT

pour informer de la nouvelle réalité depuis le 11 mars 2011

URGENT APPEAL to inform on the new reality since March 11, 2011


____________________

 

"A foolish faith in authority is the worst enemy of truth."

Albert Einstein


"Le monde est dangereux à vivre. Non pas à cause de ceux qui font le mal,

mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire."

Albert Einstein

 

"During times of universal deceit, telling the truth becomes a revolutionary act."

George Orwell

 

"Les hommes répugnent à accepter ce qui est facile à saisir. "

  Henry Miller


icono

 

 

Think again, think seven times again before you leap 
and start construction of new nuclear power plants.
Mikhail Gorbachev
June 2006

5 août 2008 2 05 /08 /août /2008 11:40
Suite 2 du 16 avril
Comme je n'ai toujours pas obtenu la nouvelle version de l'état des créances malgré ma demande formulée en février dernier, et comme Maître POPA me l'a demandé de faire,  je la réclame une nouvelle fois à Maître TOUR.
(obtenu le 20 mai 1999)

Je lui rappelle les problèmes que Monsieur BOULIER a créés au niveau de la GOURMANDISE, tous restés sans suite à ce jour, et que je ne suis pas prête à obtenir de réponses, puisque d'après sa lettre du 1er mars 1999, il n'aurait « aucune obligation légale » à me répondre.  Je lui envoie un double du courrier et le prie d'intervenir pour m'aider.

Je signale au syndic que j'ai découvert des irrégularités dans les deux déclarations d'impôt sur le revenu de 1994 et 1995 qui avaient été établies et signées par Monsieur BOULIER, et que je n'ai jamais vues avant de m'être procuré des copies aux Services des Impôts, reçues aujourd'hui même.  Monsieur BOULIER avait fait figurer « BOULIER » sous la désignation de l'entreprise alors qu'il avait inscrit l'affaire à mon nom de jeune fille NESTOR pour contourner l'interdiction d'exercer, prononcée par le Tribunal de Commerce de Menau en 1993 et qu'il avait indiqué sous « domicile de l'exploitant » son adresse à LUI à Perlieux et non la mienne.  
Les dettes laissées à la fermeture de la GOURMANDISE, que j'évalue maintenant à environ 187.000 Francs (y compris les prêts du docteur SABELKA et de Madame LOIN-BOULIER, sa sœur, soit 68.000 FF) et les prélèvements personnels effectués par Monsieur BOULIER n'y figurent pas.  Les deux prêts de 28.000 et 40.000 Francs figurent à la fermeture au total avec 32.000 Francs, ce qui voudrait dire qu'il ne resterait que 4.000 Francs à rembourser à Madame LOIN-BOULIER, puisque RAOUL m'avait affirmé en 1997, avoir remboursé en priorité sa soeur,  avec les fonds récoltés par la vente de biens professionnels, bien que j'avais demandé à de nombreuses reprises à Maître ESTA de les saisir de crainte de leur disparition (voir Ordonnance du 12 décembre1996 qui interdit le règlement préférentiel d'un créancier).  A ce jour, le docteur SABELKA n'a pas été remboursé.  RAOUL a gardé le reste des fonds récoltés.  
J'informe Maître TOUR de mon soupçon que la comptabilité tenue par Monsieur BOULIER depuis l'été 1994 doit être complètement fausse et je lui demande de faire le nécessaire pour se la procurer et la vérifier.
(pas de réponse)
J'en fais également une copie pour le Procureur de la République et Maître POPA à titre d'information et pour demander leur intervention.  
(pas de réponse, sans suite)

J'ai accumulé beaucoup de questions à poser au syndic de RAOUL ; je crois qu'il est grand temps de faire un courrier à Maître CHARLOT.
Comme je voudrais enfin connaître la situation des PRUNELLES sur laquelle aucune des parties concernées ne me renseigne, je demande s'il a engagé une procédure pour que les occupants actuels respectent la promesse d'achat de 1992.  
Je lui signale que Monsieur BOULIER a contourné le Jugement du Tribunal de Commerce de Menau en utilisant mon nom de jeune fille, que j'essaie depuis décembre 1995 de me procurer la comptabilité avec laquelle Monsieur BOULIER est parti, qu'il m'a confirmé par lettre du 1er mars dernier qu'il n'avait aucune obligation légale à me répondre, que les deux déclarations d'impôts de 1994 et 1995 avaient été remplies et signées par Monsieur BOULIER et qu'elles contenaient des irrégularités.
Je joins la copie de la lettre du 1er mars 1999 ainsi que des déclarations d'impôts de 1994 et 1995 comme preuve.
Je ne sais toujours pas de ce que RAOUL a bien pu faire des 68.000 Francs qu'il doit à la BROT, des 270.000 Francs qu'il doit à la SNIV et du prêt de la ROYAL SAGE de 700.000 Francs.  J'en parle au syndic et lui envoie des extraits bancaires comme preuves.

Pour compléter mon courrier, je transmets à Maître CHARLOT des extraits du dossier de gestion de 1990 et de l'état de synthèse de 1990 des ATELIERS D'ART DES PRUNELLES.  Je demande comment Monsieur BOULIER a pu arriver à la liquidation judiciaire avec des chiffres d'affaires et des résultats aussi élevés, soit 1,4 Millions de Francs cumulés de 1990 à 1992.  Comment a-t-il pu arriver à un passif de 415.682 Francs et des charges financières de 41.625 Francs avec un chiffre d'affaires de 694.392 Francs, un résultat d'exploitation de 223.884 Francs et un résultat net de 189.959 Francs en 1990 ?  Comment faut-il s'expliquer la différence des dettes figurant au bilan simplifié au 30 juin 1990, dont il existe deux versions, allant de 199.437 à 447.237 Francs ?  
J'espère que le syndic me donnera des éclaircissements.
(Annotation : Je n'en aurai jamais.)
Comme Maître TOUR n'entreprend rien, je demande à Maître CHARLOT d'intervenir auprès de Monsieur BOULIER pour récupérer les biens professionnels, les fonds et la comptabilité détournés.
(Annotation : Cette lettre est restée, comme toutes les autres envoyées à Maître CHARLOT, sans réponse et sans suite.)
J'en fais une copie pour Maître TOUR pour lui démontrer que j'essaie toujours de comprendre le passé et d'agir dans la bonne direction.
(pas de réponse)


Pour lire la suite, cliquez
Pour revenir au début du PUZZLE DE LA VERITE, cliquez


Partager cet article

Published by KATY NESTOR - dans Le Puzzle de la Vérité
commenter cet article

commentaires