Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Presentation

  • : FUKUSHIMA ATTENTION DANGER
  •  FUKUSHIMA ATTENTION DANGER
  • : FUKUSHIMA - radiesthésie - radiesthesia - avertissements et conseils à l'Humanité - warnings and advice to Humanity - But du blog : œuvrer pour un monde meilleur en publiant - des messages reçus par radiesthésie - des articles sur l'environnement et la santé aim of this blog : help to make the world a better place by publishing messages from the Other World and articles on environmental and health issues - le témoignage sur les risques et conséquences du régime matrimonial légal
  • Contact

Recherche éditeur - Looking for editor

Je suis à la recherche d'un éditeur pour la publication et diffusion à l'échelle mondiale du recueil de Messages Divins JESUS EN DIRECT.

 

Merci de me contacter par le formulaire de CONTACT.

 

Looking for an editor for publication and worldwide commercialisation of the collection of Divine Messages JESUS LIVE.

 

Please use the CONTACT form to get in touch with me.

 

APPEL URGENT

pour informer de la nouvelle réalité depuis le 11 mars 2011

URGENT APPEAL to inform on the new reality since March 11, 2011


____________________

 

"A foolish faith in authority is the worst enemy of truth."

Albert Einstein


"Le monde est dangereux à vivre. Non pas à cause de ceux qui font le mal,

mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire."

Albert Einstein

 

"During times of universal deceit, telling the truth becomes a revolutionary act."

George Orwell

 

"Les hommes répugnent à accepter ce qui est facile à saisir. "

  Henry Miller


icono

 

 

Think again, think seven times again before you leap 
and start construction of new nuclear power plants.
Mikhail Gorbachev
June 2006

15 juin 2008 7 15 /06 /juin /2008 11:01
Suite du 22 février
Un long courrier à Maître POPA s'impose puisque je ne digère toujours pas, que rien, absolument rien, ne soit entrepris par les Instances contre les agissements crapuleux de RAOUL.  Je l'interroge sur les possibilités de poursuites judiciaires pour détournement de documents officiels dans diverses affaires,  de lettres recommandées avec accusé de réception à mon nom, et de l'état des lieux du local commercial et lui transmets la liste d'une cinquantaine de courriers relatifs aux problèmes causés et cachés par Monsieur BOULIER, TOUS restés sans réponse de sa part depuis 1996.
(pas de suite)

Je l'informe également que Madame POMAL aurait fait bloquer chez Maître VARON six mois de loyers des PRUNELLES, mais que j'en n'ai aucune preuve à ce jour.  Je ne comprends pas comment elle a pu le faire sans que j'en aie eu connaissance.
(pas de réponse)
Je pense que je devrais en informer Maître TOUR pour qu'il en tienne compte dans son état des créances pour que Madame POMAL ne soit pas réglée deux fois.

Comme Maître POPA me l'avait demandé, je lui remets la liste des créances réactualisée au 16 février 1999 accompagnée de mes commentaires et la liste du matériel professionnel établie par Monsieur BOULIER lui-même en 1996, liste que j'ai complétée pour combler les oublis volontaires ou non.  Je lui fais remarquer une nouvelle fois, que Monsieur BOULIER a fait disparaître du matériel saisissable, ce qui est formellement interdit par la Loi.
Je profite de l'occasion pour demander si Maître ESTA avait le droit de saisir la cuisinière à double four et quatre feux à gaz, me laissant sans possibilité de cuisiner malgré un jeune enfant, le téléphone/fax et les bureaux métalliques ainsi que la salle à manger qui figure sur la liste d'inventaire, mais qui n'a pas été enlevée jusqu'à présent.
(pas de réponse)

Je voudrais également savoir si les travaux effectués dans le local commercial pour au moins 40.000 Francs peuvent être pris en considération dans le décompte des loyers dus, se montant à environ 35.000 Francs, comme le prétend  Monsieur BOULIER
(pas de réponse)
et comment je pourrais obliger Monsieur BOULIER de répondre enfin à mes questions concernant la période de mariage.
(pas de réponse)

Je lui signale que la propriété n'est plus assurée, que je m'en inquiète, que j'en ai informé les liquidateurs qui n'ont pas réagi depuis.
(sans suite)

Concernant le litige avec l'hôtel des ventes BENBIRA, je lui transmets tous les documents en ma possession dans l'espoir qu'elle aura ainsi suffisamment de matériel pour engager enfin un procès.
(sans suite)

J'envoie également des documents appuyant la faute professionnelle de Maître CORNIAUD dans l'appel au Jugement de divorce et celle de Maître TOUR dans l'affaire POMAL dans laquelle il a laissé passé le délai d'appel, en espérant qu'elle trouvera une solution à l'amiable.
(Annotation : Son intervention ne donnera rien.)

Concernant l'affaire FRANCFINE, j'informe Maître POPA des faits suivants :
Je n'ai jamais signé de demande de crédit pour l'achat d'une VOLVO.  
Malgré le fait que le Jugement du 14 octobre 1994 m'ait été signifié en personne, je n'avais absolument rien compris étant donné que j'étais en pleine dépression nerveuse et sous antidépresseurs, que j'ignorais le nom FRANCFINE, que Monsieur BOULIER me refusait absolument toute explication, que Monsieur BOULIER m'avait retiré tous les documents en me promettant de s'en occuper, que je ne connaissais ni le terme « signification » ni le terme « appel » ainsi que leurs conséquences, que j'ignorais tout de la procédure engagée contre moi.
Je l'informe qu'une expertise graphologique est en cours.

Quant au dossier SNIV, je transmets à Maître POPA les documents suivants :
La copie du Jugement du 27 octobre 1992 que RAOUL m'avait remis en 1996 seulement après la demande de divorce, qui mentionne : « comparant en personne », alors que je n'ai jamais comparu devant un Tribunal n'ayant jamais reçu de Convocation ; la copie du Jugement du 29 avril 1993 signifié le 21 mars 1994 qu'il m'avait remis en avril 1996, mentionnant « défenderesse défaillante », ce qui veut dire que je n'avais pas été représentée ; la copie du Jugement du 1er juin 1995 signifié le 12 juillet 1995 portant la mention « ayant comme défendeur la SCP MARGAULT », alors que je n'ai jamais chargé ou rencontré Maître PERNEAUD qui en fait partie, ni reçu aucun courrier de sa part mise à part sa lettre du 7 juin 1994 m'informant de la caducité du Jugement intervenu, alors que j'ai été condamnée par la suite, et dont je lui fais une copie ; la copie de la lettre de l'Ordre des Avocats du 28 juin 1995 m'informant du non-paiement des honoraires dont je n'étais pas au courant ainsi que les copies de mes lettres adressées à Maître PERNEAUD le 12 juillet 1997 et le 2 février 1998, restées sans réponse à ce jour.
Je considère qu'il y a eu faute de procédure : Le Tribunal a condamné une personne à son insu.  Je ne peux pas croire que cela soit légal.
Le condamné, c'est-à-dire MOI, n'a pas eu la possibilité d'être présent, faute d'information ou faute d'être représenté pour non-paiement d'honoraires en raison de l'interception des courriers par le mariLe condamné n'a eu aucune possibilité de se défendre puisqu'il ignorait qu'un procès était engagé contre lui.  Le condamné a été représenté par un avocat qu'il ne connaissait pas, puisqu'il avait été chargé par le conjoint.
Je confirme d'avoir demandé à Maître PERNEAUD de me fournir les pièces qui lui permettaient d'affirmer « que vous n'avez rien à craindre - il n'y aura pas de suite » et de parler de « caducité du jugement intervenu ».
(jamais de réponse)

Je tiens au courant Maître POPA que j'ai demandé à Monsieur JULE et à Monsieur BOULIER une copie de l'état des lieux de sortie du local commercial, et je lui envoie une copie de mes lettres adressées à Maître CORNIAUD le 18 mai 1998 et à Maître TOUR le 6 avril 1998 demandant leur aide afin de pouvoir récupérer ma propriété artistique.
(aucune réponse des parties concernées)

Reste à aborder le dossier TACO qui état considéré le plus urgent par Maître CORNIAUD en 1998.  J'informe Maître POPA que mes démarches auprès de la banque n'ont rien donné,  qu'il faut régulariser le compte ainsi que les pénalités pour que l'interdiction bancaire soit levée.
Je souligne que contrairement à ses propos disant « qu'il n'existe pas d'abus de confiance dans un couple », c'est peut-être ce qui dit la Loi, mais qu'il y a eu effectivement abus de confiance de la part de Monsieur BOULIER qui avait - en accord avec la banque - interdiction de faire des découverts.  Malgré cela, Monsieur BOULIER ne s'est pas gêné de faire trois chèques sans provision d'un montant total de 45.000 Francs auxquels s'ajoutent les pénalités d'environ 5.500 Francs.  
Je sais que RAOUL ne régularisera jamais le compte, ce qui fait que je suis condamnée à vivre pendant dix ans sans chéquier.  Pourquoi c'est toujours MOI qui sois punie, moi qui n'ai rien fait de mal, mais qui subis toutes les conséquences du comportement malhonnête de mon ex-époux.  Une fois de plus, je trouve la Loi mal faite.  Je demande à Maître POPA ce que je peux faire contre Monsieur BOULIER qui, en plus, a intercepté tous les courriers de la banque à mon nom m'informant de l'interdiction bancaire.
(pas de réponse)


Pour lire la suite, cliquez
Pour revenir au début du PUZZLE DE LA VERITE, cliquez


Partager cet article

Published by KATY NESTOR - dans Le Puzzle de la Vérité
commenter cet article

commentaires