Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Presentation

  • : FUKUSHIMA ATTENTION DANGER
  •  FUKUSHIMA ATTENTION DANGER
  • : FUKUSHIMA - radiesthésie - radiesthesia - avertissements et conseils à l'Humanité - warnings and advice to Humanity - But du blog : œuvrer pour un monde meilleur en publiant - des messages reçus par radiesthésie - des articles sur l'environnement et la santé aim of this blog : help to make the world a better place by publishing messages from the Other World and articles on environmental and health issues - le témoignage sur les risques et conséquences du régime matrimonial légal
  • Contact

Recherche éditeur - Looking for editor

Je suis à la recherche d'un éditeur pour la publication et diffusion à l'échelle mondiale du recueil de Messages Divins JESUS EN DIRECT.

 

Merci de me contacter par le formulaire de CONTACT.

 

Looking for an editor for publication and worldwide commercialisation of the collection of Divine Messages JESUS LIVE.

 

Please use the CONTACT form to get in touch with me.

 

APPEL URGENT

pour informer de la nouvelle réalité depuis le 11 mars 2011

URGENT APPEAL to inform on the new reality since March 11, 2011


____________________

 

"A foolish faith in authority is the worst enemy of truth."

Albert Einstein


"Le monde est dangereux à vivre. Non pas à cause de ceux qui font le mal,

mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire."

Albert Einstein

 

"During times of universal deceit, telling the truth becomes a revolutionary act."

George Orwell

 

"Les hommes répugnent à accepter ce qui est facile à saisir. "

  Henry Miller


icono

 

 

Think again, think seven times again before you leap 
and start construction of new nuclear power plants.
Mikhail Gorbachev
June 2006

20 avril 2008 7 20 /04 /avril /2008 13:28
24 septembre 
Je vais au rendez-vous avec Maître TOUR pour discuter du litige POMAL dans lequel je me sens mal ou pas défendu : En janvier, j’avais informé Maître CORNIAUD que l’affaire devait absolument être entièrement revue, puisque Maître MATOU avait classé le dossier en 1997, et Maître TOUR n’avait pas bougé le petit doigt.  J’avais attiré son attention sur le fait que la procédure se déroulait sur de fausses bases et que je me retrouvais coincée vu que Monsieur BOULIER refusa toujours de me fournir les documents nécessaires à ma défense.  Jamais l’avocat ne m’a répondu à mon courrier. 
Comme le Jugement rendu en mars dernier ne me satisfaisait pas, vu que personne n’avait tenu compte de mes commentaires rectifiant d’innombrables erreurs, Jugement qui avait été signifié à Maître TOUR et Maître MATOU le 20 mai, j’avais exprimé mon mécontentement auprès de Maître MATOU, chargé de ce dossier par Maître TOUR.  En juin,  Maître MATOU m’avait suggéré de faire appel si le Jugement ne me convenait pas, alors qu’il aurait dû savoir que j’étais dessaisie de tout pouvoir judiciaire et que seul Maître TOUR pouvait agir.  Que pouvais-je faire de plus que remuer tout le monde ? 

Maître TOUR me confirme que je suis condamnée à verser environ 5.000 Francs à la cliente, Monsieur BOULIER 35.000 Francs. 
(Annotation : Pourquoi ai-je été condamnée, alors que la liquidation judiciaire arrête toute procédure engagée ?  La liquidation judiciaire de RAOUL étant également toujours en cours, il ne devrait donc pas avoir été condamné non plus.  Je n’ai pas d’explication.)

Je trouve la situation absurde : Cette cliente a été si contente de tous mes travaux de décoration en 1994 et j’ai maintenant avec elle un litige à cause de RAOUL qui n’avait pas terminé sa tranche de travaux !  Nous sommes en 1998 et je traîne toujours ce boulet au pied.  Je voudrais tellement que tous les problèmes soient résolus pour pouvoir refaire ma vie tranquillement, sans soucis, sans dettes pour lesquelles je ne suis pour rien, sans être toujours ennuyée par les autres, sans lettres recommandées qui ne m’apportent que de mauvaises nouvelles, sans la hantise d’un huissier à la porte.  Je veux avoir la paix qu’on ne m’accorde pas.
Je renvoie Maître TOUR à mes commentaires que j’avais initialement rédigés pour Maître CORNIAUD le 17 mars dernier et dont je lui avais fait une copie le 1er juillet dernier suite à sa demande de commenter le Jugement, en lui demandant une nouvelle fois de se procurer les documents manquants au dossier auprès de Monsieur BOULIER.
(Annotation : Maître TOUR n’a jamais fait de demande auprès de Monsieur BOULIER.)

RAOUL m’a fait vivre l’enfer sur terre depuis 1991, et je le vis encore ainsi aujourd’hui.  Je suis divorcée, mais cela ne change pas grand-chose, à part de ne plus pouvoir être tenue responsable des actes qu’il pourrait commettre, mais j’ai toujours tous les problèmes sur le dos, dos qui ne supporte plus ce poids écrasant.  La situation dans laquelle m’a mise RAOUL était impensable pour moi, il y a quelques années, insoupçonnée par moi il y a encore deux ans lorsque je ne réalisais pas l’ampleur des problèmes qu’il avait créés : une soupe bien soigneusement préparée, malicieuse, parfaitement indigeste.  Je la mangerai encore pendant de longues années, vu la lenteur de la justice et vu les murs de silence auxquels je me heurte chaque fois que j’essaie d’apprendre un élément nouveau auprès des parties concernées, que ce soit le Greffier du Tribunal de Commerce, le propriétaire du local commercial, l’huissier, le gérant de la Pizzeria, le Procureur de la République, les avocats qui refusent tout simplement de répondre à mes questions ou à m’épauler.  Soupe au goût amer, écoeurante, à provoquer des crises biliaires. 

Maître TOUR m’apprend qu’il a transmis tous mes courriers au Procureur de la République.  Jusqu’à ce jour, il n’aurait eu aucune réponse.  Il me promet de demander au syndic de Monsieur BOULIER si ce dernier a fait l’objet d’une sanction personnelle.  Le syndic m’affirme qu’il ne reçoit pas ma part aux loyers provenant de la location des PRUNELLES,  part qu’il avait réclamée à Maître CHARLOT, il y a un an et demi.  Il engagera donc un procès contre Maître CHARLOT en responsabilité civile.
Il est toujours en procès avec les occupants des PRUNELLES qu’il doit expulser avant de mettre la propriété en vente aux enchères.  L’idée me fait mal, mais je sais qu’il n’y a plus d’autre solution.  Comment RAOUL a-t-il pu laisser les choses aller aussi loin, lui qui était au courant de tous les problèmes, lui qui a déclenché ce processus par une dette d’environ 70.000 Francs auprès des organismes sociaux ?  Je ne le comprends pas, et à ce jour, RAOUL ne m’a donné absolument aucune explication.  Je fais comprendre à Maître TOUR que je suis décidée d’aller jusqu’au bout, même si je devais y laisser ma santé et me gâcher de nombreuses années.  J’ai l’impression que ma remarque le laisse totalement indifférent.  Les syndics, sont-ils encore capables de sentiments ?

Il me confirme qu’il a adressé un courrier au propriétaire du local commercial que nous louions, concernant les ivoires donnés en garantie par Monsieur BOULIER à mon insu pour vérifier si l’affirmation de Monsieur BOULIER est vraie ou fausse qu’une partie des loyers aurait été compensée par ces peintures miniatures anciennes.

En rentrant, je m’empresse de rédiger de nouveaux courriers à RAOUL, toujours dans l’espoir, bien que de plus en plus faible, de recevoir un jour ou autre quelques renseignements dont j’ai cruellement besoin pour comprendre.  Je lui rappelle que tous mes courriers sont toujours sans réponse de sa part.
(pas de réponse)

Pour lire a suite, cliquez
Pour revenir au début du PUZZLE DE LA VERITE, cliquez


Partager cet article

Repost 0
Published by KATY NESTOR - dans Le Puzzle de la Vérité
commenter cet article

commentaires