Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Presentation

  • : FUKUSHIMA ATTENTION DANGER
  •  FUKUSHIMA ATTENTION DANGER
  • : FUKUSHIMA - radiesthésie - radiesthesia - avertissements et conseils à l'Humanité - warnings and advice to Humanity - But du blog : œuvrer pour un monde meilleur en publiant - des messages reçus par radiesthésie - des articles sur l'environnement et la santé aim of this blog : help to make the world a better place by publishing messages from the Other World and articles on environmental and health issues - le témoignage sur les risques et conséquences du régime matrimonial légal
  • Contact

Recherche éditeur - Looking for editor

Je suis à la recherche d'un éditeur pour la publication et diffusion à l'échelle mondiale du recueil de Messages Divins JESUS EN DIRECT.

 

Merci de me contacter par le formulaire de CONTACT.

 

Looking for an editor for publication and worldwide commercialisation of the collection of Divine Messages JESUS LIVE.

 

Please use the CONTACT form to get in touch with me.

 

APPEL URGENT

pour informer de la nouvelle réalité depuis le 11 mars 2011

URGENT APPEAL to inform on the new reality since March 11, 2011


____________________

 

"A foolish faith in authority is the worst enemy of truth."

Albert Einstein


"Le monde est dangereux à vivre. Non pas à cause de ceux qui font le mal,

mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire."

Albert Einstein

 

"During times of universal deceit, telling the truth becomes a revolutionary act."

George Orwell

 

"Les hommes répugnent à accepter ce qui est facile à saisir. "

  Henry Miller


icono

 

 

Think again, think seven times again before you leap 
and start construction of new nuclear power plants.
Mikhail Gorbachev
June 2006

5 mars 2008 3 05 /03 /mars /2008 20:34
28 mai
Une lettre arrive de Maître MATOU qui répond à ma question pourquoi je n’ai pas été convoquée à l’audience de divorce.  Je suis étonnée de lire qu’il ose m’écrire que « vous avez été largement au courant des différentes audiences à la suite des nombreux rendez-vous que vous aviez sollicités auprès de moi et vous étiez parfaitement au courant de l’audience du 13 mai 1997 ».  C’est faux !  Jamais je n’ai été informée de la date de l’audience de divorce.  J’aurais bien voulu y assister pour voir comment se passe une telle procédure.  Je voudrais bien avoir comme preuve de son affirmation une copie de son courrier par lequel il m’informait de la date d’audience.
(Annotation : Je ne l’ai pas pu obtenir.)
Jamais je n’ai sollicité « de nombreux rendez-vous » ; en un an et demi, j’ai vu l’avocat environ quatre ou cinq fois.  Je continue à me poser la question comment peut-il bien être possible de prononcer un divorce sans avoir entendu les deux parties, sans les avoir convoquées ?  Je suis profondément déçue de ne pas avoir pu assister à cette audience qui représente pourtant un moment crucial dans ma vie.  Pourquoi Maître MATOU ne m’a-t-il jamais expliqué quoi que ce soit sur la procédure du divorce ?
Je dois absolument lui écrire pour lui dire tout ce que je pense tout en sachant que ma lettre ne servira pas à grand-chose, à part me faire de l’air…
(Réponse le 15 juin 1998)

8 juin
Le Tribunal de Grande Instance de Perlieux m’informe que ma plainte du 17 juillet 1997 déposée contre Monsieur BOULIER pour endettement à outrance de la famille à mon insu, non-cotisation pour ma retraite à ORGANIC et interception de documents officiels recommandés à mon nom concernant le litige avec la SNIV, n’est pas recevable puisque les faits ne relèvent pas du Code Pénal.  « Motifs : autres poursuites ou sanctions de nature non pénale ».  
J’ignorais au moment du dépôt de ma plainte qu’un mari a le droit d’endetter outre mesure sa femme à son insu, de l’exploiter en tant que conjoint collaboratrice sans lui verser le moindre salaire et sans cotiser pour sa retraite et de réceptionner des documents officiels au nom de sa femme envoyés en recommandé, de les garder et empêcher ainsi sa femme de se défendre en justice.  Si seulement j’avais su cela, j’aurais demandé le divorce depuis longtemps !
Le refus de ma plainte ne me surprend pas, puisque je le savais déjà : Le 18 septembre 1997, j’avais retiré ma plainte lors de la visite de la gendarmerie, sur conseil de Maître CORNIAUD qui la considérait irrecevable.  Apparemment ma plainte n’avait pas été annulée, puisque la procédure a poursuivi son chemin pour aboutir à la réponse négative d’aujourd’hui.  

Comme je suis très déçue des consultations gratuites au Tribunal qui m’ont reconduite chez Maître CORNIAUD où j’ai dû constater que rien n’avait avancé, j’écris une nouvelle fois au Bâtonnier pour me plaindre et surtout, pour lui demander conseil, puisque je ne sais plus à qui m’adresser.  Je l’informe que l’avocat me promet à chaque fois qu’il interviendrait dans les dossiers à traiter, mais ne fait rien et ne répond à aucun de mes courriers.
Je voudrais savoir par quel moyen je pourrais faire annuler le Jugement de Divorce. J’explique que j’avais chargé l’avocat de faire appel au Jugement de Divorce, qu’il l’avait accepté par écrit, qu’il était en possession de la Signification et du dossier d’aide juridictionnelle, mais qu’il a laissé passer le délai d’appel, ce qui fait que je me retrouve avec un Jugement définitif.  L’avocat prétend ne pas avoir reçu les documents nécessaires ; or son secrétariat m’a bien confirmé qu’ils se trouvaient bel et bien dans le dossier Divorce.  L’avocat a donc menti.  Quel recours ai-je ?
Je signale que Maître CORNIAUD m’avait expliqué en septembre 1997, qu’il fallait faire appel au Jugement de Divorce pour obtenir une pension alimentaire.  Or, en avril dernier, il m’apprenait qu’une simple requête suffisait, mais il n’avait rien entrepris tout en sachant que je dois survivre avec 1.700 Francs par mois avec un jeune enfant à charge.  Il m’a ainsi fait perdre beaucoup de temps.
Je résume mes problèmes dans l’affaire POMAL en précisant que je n’ai pas été défendue correctement faute de documents, l’avocat ayant rendu le dossier des mois auparavant, mais avait déposé des Conclusions que j’ignorais, d’autres documents étant en possession de Monsieur BOULIER qui refuse de me les remettre.  Que puis-je faire ?
Je demande ce que je peux faire contre Maître GUY qui m’avait « défendue » à mon insu, dans une affaire dont j’ignorais tout, et dans laquelle j’ai été condamnée à tort à mon insu à verser une somme qu’il m’est impossible de payer.  
Je fais remarquer au Bâtonnier que je ne sais plus comment faire pour me défendre.  En refermant l’enveloppe, je reprends un peu d’espoir.
(Réponse le 10 juin 1998)

Pour lire la suite, cliquez
Pour revenir au début du PUZZLE DE LA VERITE, cliquez


Partager cet article

Published by KATY NESTOR - dans Le Puzzle de la Vérité
commenter cet article

commentaires